Accéder au contenu principal

Michelin ferme aux Etats-Unis

La filiale américaine du fabricant français de pneumatiques Michelin a annoncé la fermeture d'ici au 31 octobre d'une usine BF Goodrich employant 1.000 personnes en Alabama.

Ce n'est pas qu'il faut se réjouir du malheur des autres, mais la crise aura au moins eu le mérite d'un retour normal des choses.


Effectivement, c'est en se restructurant que les marchés se rationalisent. Parce que Michelin ou Bridgeston se sont aussi des groupes industriels qui les premiers dans le début des années 90, ont délocalisé leurs productions prétextant la compétitivité des entreprises alors même qu'elles engendraient des milliards de bénéfices.
Maintenant, le groupe doit dédommager les employés licenciés et tenter d'aider les collectivités locales touchées aux États-Unis.

Pourquoi produire des pneus aux Etats-Unis ?

En fait, l'intérêt n'est pas le coût de production, beaucoup plus bas dans d'autres pays, mais la proximité du client. Comme dans beaucoup de secteurs d'activité, il était devenu une habitude, un service que de produire là où se trouve les clients.
Une logique financière qui répond aux exigences d'actionnaires, qui souhaitant toujours plus de progression des dividendes, ont mis en place un suivi de l'activité d'une manière très comptable, réduction des stocks, facturation plus rapide, production accélérée mais pas forcément plus importante.
Là, où beaucoup se demandent quel est l'intérêt de la monnaie unique en Europe, le change Euro-Dollars favorable à la production Américaine le devient beaucoup moins ces derniers temps.

Une logique des stocks implacable

la société dans un communiqué publié aux Etats-Unis explique que :
"Les consommateurs conduisent moins, achètent moins de véhicules et retardent l'achat de pneus de remplacement. La chute dramatique de la demande a créé une surcapacité importante sur le marché des pneus américains que Michelin ne voit pas rebondir à court terme"

Les personnes décisionnaires chez Michelin, devraient être sanctionnées pour cette stratégie délirante qui a pénalisé l'emploi en France, déjà dans le passé, car si cette entreprise emploie 30000 personnes en France, elle en emploi plus de 120000 dans 19 pays.

La solution pour cette entreprise Française est donc de réorganiser les productions externalisées de France. Avec un chiffres d'affaire divisé par deux en 2008, cette entreprise n'a plus d'autres choix que de compter fortement sur son bassin d'emploi d'origine à Clermont Ferrand.

Parce que c'est bien le développement de "l'institution" Michelin à Clermont qui a fait la réussite de cette entreprise. C'est en s'appuyant sur ses ouvriers qualifiés, en préservant la qualité et l'innovation de ses produits que Michelin restera compétitif, comme quoi...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…