Pour maintenir une pression essentielle. Tous ensemble le 1er Mai !

Il a de quoi être inquiet le Sarko, car effectivement comme il le pensait avant le 19 mars, on ne commence pas le printemps avec un conflit dans l'éducation, ce serait fou, qu'il disait !
Pour maintenir une pression essentielle, l'intersyndicale et l'unité dans le mouvement revendicatif restent fortes, pour obtenir plus.

Ayant choisi le pourrissement de la situation, Sarko a installé ce conflit dans la durée. Mais c'est le peuple qui est souverain ! Et Sarko, si il a été élu sur un programme de campagne qu'il souhaite appliquer, doit quand même répondre aux citoyens qui l'ont élu.

Cela fait quatre mois que travailleurs, étudiants, enseignants et fonctionnaires manifestent et revendiquent dans un contexte de crise, crise d'un système que nous sommes les seuls à payer.

Au Président élu sur le thème du pouvoir d'achat, depuis deux ans et surtout depuis ce début d'année où la précarité galopante devrait être la priorité gouvernementale, le peuple manifeste, revendique l’augmentation générale des salaires, des retraites et des minima sociaux.

Les manifestations, qui ne sont même plus médiatisées, est-ce là le signe d'une censure gouvernementale, ces manifestations ont condamné les lois et décrets Bachelot qui détruisent l’Hôpital et la Sécurité Sociale ; Darcos et Pécresse qui s’attaquent à l’Ecole de la République et à la Recherche.

Les revendications :

Et que l'on nous dise pas que ce n'est pas finançable, puisque c'est l'équivalent des 22 milliards/an de la loi TEPA.

Les syndicats se réunissent ce lundi 4 Mai pour décider de la suite à donner au mouvement revendicatif.
On sait déjà que pour certain comme FO ou CGT, l'appel à un blocage du pays est envisagé, le rapport de force s'étant installé dans la durée, il n'y a plus d'intérêt à deux mois du début des congés d'été à organiser des journées d'action comme celle du 29 janvier, et du 19 mars.

C'est donc vers une grève générale que nous nous dirigeons, une grève interprofessionnelle où le but, puisque la négociation ne le permet plus, le but est d'ajuster le rapport de force quitte à bloquer l'économie du pays, jusqu'à satisfaction des revendications.

C'est la responsabilité du gouvernement, la balle est dans son camp.

Commentaires

  1. Et j'espère que tout le monde s'y mette pour faire plier ces autistes...

    RépondreSupprimer
  2. 10 fois plus de manifestants par rapport au 1er mai de l'an denier
    voyons voir la tournure des événements...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !