Accéder au contenu principal

Chômage et défaillance d'entreprise

Il faut être réaliste, si la sphère financière se porte mieux, l'économie réelle est complètement à la ramasse. Si le plan de communication du gouvernement est de dire que nous sortons de la crise, il faut bien se rendre à l'évidence, les conséquences sociales face à la crise sont humainement désastreuses.

Les défaillances d'entreprises sont en hausse. Une entreprise est en situation de défaillance ou de dépôt de bilan à partir du moment où une procédure de redressement judiciaire est ouverte à son encontre. Cette procédure intervient lorsqu'une entreprise est en état de cessation de paiement, c'est-à-dire qu'elle n'est plus en mesure de faire face à son passif exigible avec son actif disponible.
L'INSEE a annoncé hier une augmentation de 1.8% de ces défaillances pour le mois de mars par rapport au mois de Février (depuis les fermetures ne se sont pas arrêtées et les chiffres de mars à ce jour devraient être pire encore). Le nombre de défaillances jugées au cours des mois de janvier, février et mars est en hausse de 19,6% par rapport aux mêmes mois de l'année précédente, le nombre de défaillances jugées au cours des douze derniers mois est également en hausse de 16,2%.

Et forcément quand il y a fermeture programmée, il y a plus de chômage quelques mois après.

Le chômage repart à la hausse. Même si Christine Lagarde protestait vivement hier contre un article du Figaro qui parlait d'une augmentation de 20 000 à 30 000 chômeurs de plus, l'annonce officielle de 10 000 demandeurs d'emploi en plus en catégorie A pour le mois de Juillet est bien terne tout de même. Et on ne peut s'empêcher de repenser à ce cinéma de Lagarde quand en Juin elle s'autocongratulait d'une baisse très ponctuelle du nombre de demandeurs d'emploi.
La vérité est que la France devrait enregistrer 639 000 chômeurs de plus cette année (catégories A + B + C ) et ce sera peut être pire, le taux de chômage devrait dépasser les 10 % en fin d’année, prévoit l’INSEE, la Commission européenne ou encore l’OCDE.

J'avais relayé dernièrement pour expliquer les +0.3% de croissance au second trimestre, la théorie selon laquelle, si nous avons encore de la consommation en France malgré la crise, c'est qu'une majorité des revenus en France sont garantis par l'état (retraités, fonctionnaires, allocataires, etc...) et que ces personnes ne sont pas directement touchées par la crise et les destructions d'emploi.
C'est pourquoi il va falloir rappeler encore et encore la réalité des chiffres, non pas pour faire du sensationnel et de l'information spectacle, mais pour essayer de contrer les plans de communication du gouvernement. C'est quand même anormal, voire scandaleux de laisser faire cette entreprise de désinformation qu'est le gouvernement, qui se gêne de moins en moins pour manipuler l'opinion publique.

J'écrivais hier à Christie que j'étais optimiste pour les primaires socialistes en vue de 2012, mais là désolé d'être très pessimiste sur la question de l'emploi, vu les politiques menées par ce gouvernement Sarkosiste.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…