Accéder au contenu principal

Grippe H1n1 : Nos enfants, les cobayes.

A quatre jours de la rentrée scolaire, y a vraiment de quoi flipper pour les parents que nous sommes. Pas qu'il ne faille céder à la panique d'une médiatisation outrancière sur le sujet, mais la communication du gouvernement sur le sujet n'est pas rassurante.

Seule chose positive à mes yeux, la campagne de pub à la Tv, lancée par le ministère de la santé, qui rappelle les bases d'une hygiène parfaite, permettant au quotidien de se prémunir de tous les microbes, et pas seulement celui du H1n1 (se laver souvent les mains, se couvrir la bouche lors d'éternuements, etc...)
Pour le reste, on ne sait vraiment pas à quoi s'attendre. Fin juillet, Roselyne Bachelot annonçait pour septembre le passage au niveau 6 du plan de prévention et de lutte pandémie grippale. Depuis elle assure que ce ne sera pas le cas et que nous attendrons la première vague d'épidémie, qui sera traitée au cas par cas dans chaque régions sous la tutelle de chaque préfet (serions-nous pas prêts ?).
La très mauvaise ministre de la santé (pour bien des raisons) annonce qu'il y aura à terme 94 millions de doses pour couvrir les besoins de vaccination, sauf qu'elle ne précise pas qu'elles ne seront pas disponibles en même temps, ce qui explique que le vaccin ne soit pas obligatoire dans un premier temps. Le gouvernement a demandé un avis au Comité de lutte contre la grippe, en cours de validation. Selon Jean-Claude Manuguerra, il faut composer entre protéger les populations les plus fragiles et stopper la dynamique de l'épidémie.

Mais alors que faisons-nous pour nos enfants ? Faudra-t-il attendre quelques dizaines de morts pour enfin décider de vacciner cette population à risque, qui d'ici quelques jours va se retrouver en vase clos dans toute les écoles de France et être ainsi exposée au risque ?

D'autres sont plus réactifs :

Le Koweït a décidé de reporter de deux mois la réouverture des crèches pour éviter les risques de contagion
Aux Etats-Unis, un groupe prioritaire restreint de 41 millions de personnes à vacciner touchant femmes enceintes, personnels de santé, adultes de santé fragile, enfants et jeunes de 6 mois à 24 ans, a été identifié.
La stratégie de vaccination contre le virus grippal A(H1N1) retenue par les autorités sanitaires des Etats-Unis est de vacciner les enfants et leurs parents pour contrer l'épidémie.

Fermer les écoles ou/et vacciner, en tout cas il faut se décider !

Commentaires

  1. Personnellement, je suis plutôt inquiet A CAUSE du vaccin, qui n'a pas forcément été testé, et réalisé trop vite. Ne sera-t'il pas pire que le virus lui-même? Quelles seront les conséquences à long terme (effets secondaires)?
    C'est un peu le chien qui se mort la queue...

    RépondreSupprimer
  2. Homer,

    Oui j'ai lu aussi ce genre de préoccupation, ce qui rajoute de l'inquiétude au problème. Comme je le disais, on sait plus quoi penser de tout cela... Mais le principe de précaution doit jouer, perso dès la première contamination concernant l'école de ma fille, elle et moi aurons une semaine de vacance supplémentaire forcée(sans solde et sans préavis pour mon employeur), le temps de l'incubation...

    RépondreSupprimer
  3. J'ajoute que d'après ce que j'ai lu, les seuls effets secondaires sont surtout des déshydratations dues à des vomissements importants après injection du vaccin chez certains patients (comme c'est le cas avec d'autres vaccins)

    RépondreSupprimer
  4. C'est aussi le cas avec la Grippe: dans le vaccin, le virus y est, délesté de ce qui fait son danger. En cas de grippe, surtout, maintenir la fièvre au plus bas et BIEN S'HYDRATER !

    RépondreSupprimer
  5. Nous faisons face à une des plus grandes tentatives de manipulation de notre histoire moderne, impliquant des milliers de complices (dans les mondes politique, militaire, médical, scientifique et médiatique).

    Les experts de la santé ont confirmé la nuit dernière que le virus de la grippe porcine H1N1 avait infecté des dindes. C’est le premier cas de H1N1 chez des oiseaux. Les scientifiques ont averti que l’apparition du virus chez les volailles pourrait mener à l’apparition d’une forme mortelle si ce virus se mélange avec le virus létal de la grippe aviaire.

    C’est ce qu’ils cherchaient, c’est chose faite…

    “Si le virus A se recombine avec celui de la grippe aviaire (H5N1), il faut redouter le pire. En 2003, la mortalité atteignit 70% sur la péninsule indochinoise.Un scenario intermédiaire, l’équivalent d'une grosse grippe saisonnière dans les pays développés, mais qui pourrait être dramatique clans les pays dont l'espérance de vie ne dépasse pas 5o ans, touchés par la dénutrition, le paludisme, le sida, la tuberculose, et ayant peu d'accès aux médicaments.”JPW

    http://lesdernieresnouvellesdumonde.blogspot.com/2009/09/la-grippe-porcine-ete-decouverte-chez.html

    RépondreSupprimer
  6. Stop avec cela je ne vais pas y faire attention mais si jamais....

    RépondreSupprimer
  7. Stop avec cela je ne vais pas y faire attention mais si jamais....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…