Accéder au contenu principal

Un an après, la croissance revient ? Non mais vous plaisantez !

J'ai entendu parler de ça toute la journée sur mon lieu de travail. Et franchement, y en a plus que marre d'entendre tout et n'importe quoi sur le sujet. Entre parenthèse, je devrais reprendre de manière plus assidue la mise à jour de ce blog après le 26 Août, pour cause d'aménagement d'horaire de travail, dû à la période des vacances, ce qui me laisse moins de temps pour bloguer. Mais là, je ne peux m'empêcher de faire un billet sur le sujet ou plutôt sur la com opérée par le gouvernement, sur l'annonce de ce petit chiffre d'une croissance de 0.3% au second trimestre.

Cela me fait penser à l'annonce des chiffres du chômage en Juin, où déjà C. Lagarde s'était empressée d'annoncer qu'il y avait 18000 demandeurs d'emploi en moins, oubliant de préciser qu'il y avait 500 000 chômeurs de plus depuis le début de l'année et qu'on prévoyait encore 300 000 inscriptions de plus au pôle emploi, d'ici à la fin de l'année.
Ici, c'est pareil, on s'empresse de se féliciter de ces bons chiffres, mettant à son compte le mérite d'une politique qui montrerait ses résultats... Ce serait la loi de modernisation de l'économie qui en serait la cause ?

Ridicule, d'ailleurs c'est quand même cocasse de constater que chacun y va de sa petite explication. Certains estiment que si la consommation reste la raison principale de ce résultat, c'est en partie grâce au problème de démographie que rencontre notre pays. Puisque nous avons plus de retraités que d'actifs dans le privé, et que nous avons encore un état fort de ses fonctionnaires, une majorité des revenus sont garantis par l'état.
J'ai trouvé l'explication amusante, parce que ce qui apparait comme un problème sur d'autres sujets, serait ici une explication plutôt favorable.

Favorable, dynamisme, croissance positive, sortir de la crise, fin de la récession, autant de qualificatifs et de petites formules savamment distillés par les membres du gouvernement pour faire de ce petit 0.3%, la très bonne nouvelle de la journée. Vous m'en direz tant, aurions nous oublié une nouvelle fois ? Je veux bien que Sarko soit à fond dans la lutte contre Alzheimer, mais quand même, faudrait arrêter de nous prendre pour des c...
Souvenez vous, c'était il y a tout juste un an. Alors qu'il n'était pas encore question de récession, enfin du moins dans l'esprit de Madame Lagarde puisqu'elle nous rappelait activement qu'une récession correspond à une contraction du PIB durant deux trimestres consécutifs. Il fallait donc faire bonne figure et croire que la France échapperait à la crise en affichant encore en 2009, 1% de taux de croissance.
Et aujourd'hui, il faudrait accueillir cette annonce avec bienveillance et croire ce "gouvernement Sarkosiste" ??? Quand il n'a fait que nous balader depuis le début de cette crise !

Non mais vous plaisantez ! A mes yeux ce gouvernement a encore tout à prouver, aucune de leurs politiques n'ont encore amené un résultat probant.

Alors que la recession arrivait, j'ai écrit le 15 Août de l'année dernière "le dos au mur et les poches vides". Droit vers la récession, on pouvait y lire : Mme Lagarde défend son programme de relance par les heures supplémentaires, par les abattements sur les droits de successions, par les mesures prises en faveur des entreprises. Mais dans un contexte où les dépenses de consommation des ménages évoluent peu, où la hausse du chômage reprend de manière significative, quand tous les voyants économiques sont au rouge, balance commerciale négative, inflation en hausse etc... La politique du gouvernement Sarkozy contribue à laisser s'installer un environnement propice à la recession, en spéculant sur un encouragement de la bulle financière.
J'avais écrit également, dans le billet précédent "Craintes de récession".je pense même que nos vieilles entreprises et industries progressent dans un système typiquement à la française qui favorise une forme d'assistanat de l'entreprise par l'état.
Les événements de l'année écoulée ont largement vérifié cette idée, moins d'état, plus pour les entreprises, jusqu'à garantir les pertes des entreprises par l'état.

Alors vraiment, tout cela pour ça... 0.3%... y a pas de quoi pavoiser...

Commentaires

  1. Ce qui m'étonne, puisque tout va bien, c'est que l'on cherche à revoir le calcul des remises sur les services à la personnes par exemple!
    Puisque tout va bien, redonnons des sous aux gens, ne serait-ce qu'en améliorant le remboursement maladie..
    On se fiche de nous, c'est clair, les français l'ont-ils compris?

    RépondreSupprimer
  2. je ne crois pas Christie vu la manipulation de l'opinion publique. Avec une opposition inaudible, il y a de la place pour qu'il puisse appliquer une idéologie bien à droite...

    RépondreSupprimer
  3. Steph
    tu n'as malheureusement que trop raison.
    On aurait envie de secouer tous ceux qui continuent à croire malgré tout aux paroles doucereuses et dangereuses de ce gouvernement.. quelle naïveté!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…