Accéder au contenu principal

Changement de statut de la Poste : Un gouvernement coupé de ceux qui l'ont élu ?

J'ai fait un premier billet sur le changement de statut de la Poste, pour dire qu'il fallait montrer au gouvernement que nous ne sommes pas d'accord, depuis il apparait que le message passe plutôt bien et que l'on se dirige vers un plébiscite pour le "NON" au changement de statut.

Et ce référendum d'initiative populaire, puisque ça en est un, en quelque sorte, même si il n'a aucune valeur juridique, signifie bien au gouvernement que leurs politiques, leurs réformes ne peuvent pas se faire sans l'aval des Français.
Je ne me souviens pas que le changement de statut de la Poste ait été dans le programme de la campagne Présidentielle de 2007, (dès fois qu'on nous resservirait l'argument).

Non là, voilà un exemple qui me plait bien, d'une population, de citoyens en résistance contre un gouvernement totalitaire, qui décide seul et contre l'avis de tous. (Et nous n'avons pas eu besoin de Besancenot le facteur, pour nous en convaincre)

Parce que la participation risque bien d'être importante. Dans les régions à peu de densité, dans les villages reculés, la mobilisation est importante pour sauvegarder le dernier bureau de poste, bien souvent le dernier service public de proximité à des kilomètres à la ronde.

Et pour Mr Sarkosy, qui se plait tant à rappeler que lorsqu'il y a des grèves, on ne s'en aperçoit plus, parlant du service minimum, là il n'aura fallu aucun jour de grève en ce début de mois d'Octobre pour mettre un bon coup de pression au gouvernement. Comme quoi le rapport de force se rééquilibre.

Est-ce que cela suffira ? Peut être pas, mais le signal envoyé par un gouvernement resté sourd à un tel évènement sera très mauvais et finira de le couper de ceux qui l'ont élu.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…