Accéder au contenu principal

Grippe A : le virus H1N1 pas si innofensif que ça.

Le nombre de nouveaux cas de grippe A en France entre le 7 et le 13 Septembre est estimé à 103 000. Un niveau très au dessus du seuil épidémique.

Selon le dernier bilan de l'OMS, l'organisation mondiale de la santé, l'activité grippale reste basse en Europe, sauf en France, où une augmentation pour la 37ème semaine nous fait passer au-dessus du seuil épidémique. Nous sommes vraiment dans une tendance à la hausse et ce sont les chiffres des nouveaux cas avérés la semaine prochaine, qui nous permettront réellement de faire le point sur l'évolution de l'épidémie.

Cela me fait penser à la récession, vous savez pour la confirmer il fallait une croissance négative sur deux trimestres, ici c'est pareil il faut que les chiffres soient aggravés sur deux semaines consécutives pour confirmer les chiffres.

Alors on en parle beaucoup, mais on agit peu il me semble, la campagne de vaccination de la grippe saisonnière a été enclenchée comme chaque année, les autorités invitent la population à se vacciner pour ensuite pouvoir se faire vacciner à nouveau pour la grippe A, quand le vaccin sera disponible, c'était au mois d'octobre, puis fin Septembre, on parle maintenant du 25.
Mais on fait encore des tests pour savoir si une demi-dose suffirait à combattre la prolifération, est-ce à dire que la phase de test n'est pas terminée, mais que la situation s'aggravant, il faut pouvoir proposer une solution d'urgence... ?

Parce que le problème apparemment ce n'est pas la dangerosité du virus (même si on en meurt), mais son pouvoir de prolifération. Et c'est pour ça que ce virus est dangereux, car chez les personnes au système immunitaire affaibli, la prolifération très rapide du virus ne permet pas de combattre la maladie.

Au premier instant de l'infection, un virus H1N1 pénètre dans une cellule. Il prend le contrôle de son système de production en se glissant dans le génome logé dans le noyau. Quatre heures plus tard, un millier de néovirus naissent de cette conquête. Ils partent aussitôt à l'assaut des cellules voisines.

Commentaires

  1. je ne suis pas convaincue de la nécessité d'une vaccination généralisée l'autre problème c'est qu'il a été mis au point sous pression politique et médiatique alors je me méfie aussi !

    RépondreSupprimer
  2. Une vaccination généralisée pourrait être envisagée, si on avait suffisament de recul, ce qui n'est pas le cas

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Steph,

    Ai entendu affirmer que la vaccination elle-même n'était pas sans danger.

    Il semble que si vous êtes bien portants, ni enceinte, ni trop jeune, ni âgé, le virus n'est pas plus dangereux que celui des autres grippes hivernales. Reste le problème de ceux qui sont déjà affaiblis...

    Ma mère est dans ce cas : cancer du sang. Il faut savoir que ce cancer attrapé adulte ne se guérit pas, et la chimio sert uniquement à prolonger l'échéance difficile à accepter...

    Des personnes -qui comme elle- attraperaient le virus maintenant seraient laminées en quelques jours, voir moins. Et si la vaccination comportait aussi des risques (la vaccination n'est aussi ne l'oublions pas, que l'injection d'une petite dose de virus, que le corps s'exerce par ce procédé à combattre, pour détruire efficacement le virus si vous le rencontrez par les voix normales du quotidien). Qui sait si cette vaccination ne va pas mettre fin aux jours des personnes déjà trop affaiblis et qui peut-être seraient par chance passer au travers du contact avec le virus...

    Parfois nous aimerions être véritablement informés, et pas seulement par la voix déformée des autorités ou par celle encore des laboratoires qui voient en ce virus l'occasion de faire des rentrées financières juteuses.

    Merci Steph.

    Lore

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi Lore, ton témoignage rappel bien les craintes sur la vaccination pour les personnes affaiblies.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…