Accéder au contenu principal

La poste : Ce 3 Octobre, montrons à ce gouvernement que nous ne sommes pas d'accord !

Faudrait-il s'inquiéter du projet du changement de statut de La Poste ? Bien sûr !

Est-ce une privatisation cachée ? Évidemment, dire le contraire est malhonnête. Le statut de SA permet d'augmenter le capital d'une entreprise selon ses besoins, cela permettrait à La Poste d'ouvrir son capital à des investisseurs, publics ou privés, qui lui apporteront l'argent nécessaire pour financer sa croissance, dans un marché totalement ouvert à la concurrence à partir de 2011.

Ce gouvernement peut-il prétendre le contraire ?

Au début on change le statut de l'entreprise en société anonyme pour un tas de raisons, entrée en bourse, levée de nouveaux capitaux, concurrence déloyale, etc, et on assure à chaque fois que l'entreprise restera 100% publique, puis on ouvre toujours un peu plus le capital au fil des années, parfois jusque à la privatisation totale de l'entreprise.

Depuis plus d'un an et en lien avec les syndicats, les principales formations de gauche ont lancé une pétition commune contre la privatisation annoncée de la Poste. Qu'en est-il ?
1/5 des parlementaires ont signé une pétition nécessaire à l'organisation d'un référendum, pour que soit créée une charte des services publics, qui pourrait être inscrite dans la constitution. Qu'en est-il ?
Les français sont contre ce changement de statut de la Poste car ils savent bien que c'est la porte ouverte à la privatisation, donc à la rentabilité financière. De plus l'ouverture à la concurrence des services postaux suffit ! Que restera t-il de nos petit bureaux de Poste à la campagne dans des régions à peu de densité de population, si l'état ne peut garantir ce service ? Autant dire que ce serait un vrai retour en arrière.

Alors pourquoi persister si ce n'est pour des questions idéologiques. Moins d'état, toujours moins d'état...
Quand ce sont les salariés, les syndicats, les partis politiques et la population dans sa majorité qui s'opposent à de tels changements, les réformes ne peuvent se faire dans notre dos ! Pourquoi ne pas prendre en compte les attentes, quand c'est tout le monde qui vous dit que vous avez tord.

Puisque les manifestations, les pétitions et parlementaires ne suffisent plus à réorienter la politique du gouvernement, il y a comme une rupture et le besoin de prouver à ce gouvernement qu'il est dans l'erreur.

C'est pourquoi un référendum sera organisé ce 3 octobre dans tous les bureaux de Poste de France. Ainsi, le gouvernement prendra ses responsabilités face au refus de la population.

Commentaires

  1. A ce rythme, ils vont finir par privatiser le ministère des armées et donc... le Président sera un PDG ! Evidemment, j'exagère, mais le Poste est une institution à laquelle les Français sont attachés, qui manque de moyens pour satisfaire le public. Ce n'est pas en la privatisant - et donc, on s'en doute, en procédant à des restrictions de personnel - qu'on améliorera la qualité !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, effectivement ce n'est pas en privatisant qu'on va améliorer les services postaux, surement que les services seront plus nombreux, mais le problème, c'est qu'on veut surtout qu'ils soient garantis !
    On s'en fout qu'ils soient plus nombreux ou moins chers ces services...

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y aura surtout plus de services gratuits... ou peu chers à La Poste.

    RépondreSupprimer
  4. Je disais moins cher parce que mis en conurence, mais effectivement le moindre service aujourd'hui gratuit pourrait devenir payant demain...

    RépondreSupprimer
  5. Entièrement d'accord. Ils sont en train de désosser toutes les institutions qui font la spécificité française. Il est temps de réagir. En tout cas, j'apporterais ma voix lors de ce référendum.

    RépondreSupprimer
  6. Supplique pour la poste. N’allez pas vous laisser fourguer un de ces monstres hybrides à bien vous pomper votre oseille

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/08/01/partenariat-public-prive-gaver-d%E2%80%99argent-public-l%E2%80%99accapareur-prive/

    Danger, arnaque, danger, arnaque, danger, arnaque.
    Paul Laurendeau

    RépondreSupprimer
  7. @ ma vie intrepide et ysengrimus,

    Je voterais également lors de ce référendum pour espérer éviter que l'on brade un peu plus la France.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…