Obama et Sarkozy face à l'Iran.

L'Iran doit respecter les traités de non prolifération des armes nucléaires, mais si ces traités doivent être appliqués, l'Iran est un pays souverain qu'il faut inviter au dialogue.

Mr Obama l'a bien rappelé contrairement à Mr Sarkozy qui s'est empressé de rajouter de l'huile sur le feu, parlant de défi lancé à la communauté internationale.

Effectivement, l'Iran ne respecte pas ses engagements d'après ce qui ce dit, n'oublions pas que nous devions trouver en Irak des installations de productions d'armes illégales et que rien de tout ça n'a pu jamais être vérifié. Mais il faut effectivement rappeler à l'Iran toutes ces obligations en la matière mais aussi comprendre que ce pays est encerclé par des bases militaires américaines et que ce pays souverain poursuit logiquement son évolution technologique et ce aussi dans les programmes militaires.

Cette vidéo permet de bien comprendre la situation géostratégique du pays.

On comprend bien que rien n'est simple si on ne prend pas en compte les tenants et les aboutissants de ce qui explique en partie la position de l'Iran d'aujourd'hui.

Ce pays qui est le carrefour entre le monde Arabe, le monde Turc et le monde Indien devrait être la solution pour rassembler les différents intérêts, au lieu d'être depuis 1979, date de la révolution Chiites, un pays qui soutien le terrorisme, les fatwas, ou le Hezbollah au Liban.

Donc, s'il vous plait Messieurs les dirigeants du monde, évitons les sanctions et l'escalade vers la guerre. Mr Obama ne doit pas se laisser influencer par Sarkozy, est faire comme il l'a commencé avec le bouclier anti-missile, désamorcer cette situation de tension internationale.

Commentaires

  1. je pense que la plus grande peur est une guerre froide.
    Ensuite, l'Iran qui envahirait le Koweit, neutralisant ses ennemis par la menace nucléaire.
    Et enfin, la perte du contrôle américain sur les richesses pétrolières du secteur.

    RépondreSupprimer
  2. En fait, l'Iran 5e producteur de pétrole est fournisseur de l'OPEP, il n'a pas intérêt à l'heure où l'on cherche à remplacer les énergies fossilles à perdre ses clients...
    Quand on voit comment l'Amérique des Busch père et fils, s'est implantée dans le secteur, il faudrait vraiment que Obama continue à envoyer ce signal d'accalmie qu'il a commencé à faire passer avant ce jour.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !