Accéder au contenu principal

Je préférais l'ANPE

J'ai lu un témoignage dans le Figaro qui me laisse penser que les entreprises privées que l'on payerait grassement pour se substituer à l'Anpe ou Pôle Emploi ne sont peut être pas si performantes que ce que l'on veut bien en dire.

Voici ce témoignage : «A mon retour de congé maternité, je suis retournée à l'ANPE. J'apprends alors que j'ai eu un entretien avec une société privée à laquelle l'ANPE avait transmis mon dossier. La société avait fait un beau rapport... Sauf que je n'y suis jamais allée et n'ai jamais reçu aucune convocation. De toutes façons, c'était le jour même de mon accouchement!»

Alors bien sûr, ce cas là n'est peut être pas représentatif des 14000 demandeurs d'emploi placés dans ces structures d'accompagnement privé, mais les témoignages des internautes du Figaro laissent à penser que si le suivi est plus strict dans le privé pour au moins justifier du service rendu, les résultats ne sont pas probants.

J'ai toujours pensé le contraire, même si je regrette que les agences nationales pour l'emploi ne puissent remplir leurs objectifs de retour à l'emploi, je me disais que faisant appel au secteur privé, le résultat serait de toute façon positif. Quelle naïveté de ma part, et du coup je ne peux m'empêcher de penser, alors même que je défends souvent le bilan de Jospin, que celui-ci avait réduit alors que le chômage baissait, avait réduit le nombre de conseillers à l'Anpe à l'époque...

J'ai commencé à travailler milieu des années 90, quand il y avait alors, 3.2 millions de demandeurs d'emploi inscrits. A l'époque les Anpe étaient bleues et jaunes, les files d'attentes longues, mais la prise en charge était satisfaisante ! Nous avions de vrais entretiens avec des conseillers qui en tous cas pour moi étaient à l'époque encore très motivés et encouragés par l'état.

La période qui en suivit fût celle où le chômage baissa d'une manière historique. Grâce à l'Anpe et surtout grâce à une politique de l'emploi courageuse sous le gouvernement Jospin.

A partir de 1997, les contrats emploi jeune furent proposés par ces conseillers de l'Anpe, le passage au 35 heures les impliqua également, jusqu'en 2002 dans un contexte de croissance, l'état a soutenu son service d'aide nationale au retour à l'emploi. Les résultats étaient là.

Tout ça pour vous dire que j'ai le sentiment d'être revenu à des chiffres concernant le chômage en France, comparables à ceux de 97, alors qu'apparement les moyens ne sont plus là pour y remédier.
Je préférais l'ANPE.

Commentaires

  1. Oh, ne t'inquiète pas, j'ai eu aussi la faiblesse à une époque de penser que ce serait mieux...
    On voit le résultat, maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. Et pour que le Figaro l'écrive, c'est que c'est vraiment pas mieux...

    RépondreSupprimer
  3. Et tout ça payé par nos impôts !
    Un très bon billet qui nous rappelle aussi qu'une politique ambitieuse et un état qui s'engage donne des résultats qu'aucun établissement privé ne fera jamais car ses intérêts sont avant tout de faire du chiffre et virés des chômeurs du système par manquement est plus rapide que leurs trouver un emploi correct, cela prend plus de temps et d'énergie, question de rentabilité...

    RépondreSupprimer
  4. Exactement ce que j'aurais dû écrire, bravo OSEM :)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu ton article...Il parait trés sympa mais la baisse du chomage en 1997 était aussi dû aux radiations massives...

    Non,ce n'est pas un cadeau l'ANPE, ni les société privées; pourtant si on fait un recours administratif ANP et société privé, il est écrit dans leur statut qu'ils ont obligation de trouver un boulot aux chomeurs...Alors qu'ils se bougent les conseillers qui ne connaissent rien au privé

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…