Accéder au contenu principal

Management et risques psychosociaux


A l'heure où le gouvernement demande aux industriels d'entreprendre la mise en oeuvre de plans prenant en compte les risques psychosociaux, les logiques de rentabilité, de performance s'appliquent de plus en plus dans le management des entreprises, incompatibles avec de bonnes conditions de travail.

Le milieu de la fabrication, de la transformation de produits industriels est une activité où l'amélioration des conditions de travail s'est faite très progressivement et au prix de grandes luttes.

Depuis quelques temps déjà la gestion des lignes de production de nos industries ne permettent plus une visibilité de l'activité à long terme.

Pourquoi ? Parce qu'on veut produire à flux tendu, ne plus faire de stock de produits finis et ainsi réduire le cash flow.

Vous allez me dire : qu'est ce que le cash flow ? Voilà un exemple de vocabulaire auquel les ouvriers doivent faire face.
Parce qu'on leur en demande toujours plus à nos salariés d'usine.
Plus besoin de chefs de lignes connaissant le métier, non il faut être autonome et gestionnaire. Et les outils de suivi de l'activité, d'évaluation des performances, tableaux et courbes de productivité fleurissent partout aujourd'hui dans les ateliers et usines de production.

Le problème est que l'efficacité, la qualité, ne font pas bon ménage avec la rentabilité financière. Parce que ce sont les conditions de travail qui sont la variable d'ajustement du coût du travail. Comment produire à moindre coût sans baisser les salaires ? C'est ce genre de question que les responsables de production se posent. Et la solution la plus simple pour eux est donc de produire plus vite.
La logique étant "plus vite je produis, plus vite je fais rentrer de l'argent dans l'entreprise".

Mais à quel prix ? Des objectifs intenables mettent la pression aux salariés, élevant donc toujours un peu plus les risques psychosociaux en déstabilisant les plus fragiles.

En fait c'est tout le management qu'il faut revoir...

Commentaires

  1. Entièrement d'accord, il faut tout revoir. C'est bien de faire des enquêtes mais si on améliore pas les conditions de travail par la suite... Je pense que c'est juste une manière de se protéger (la direction),de monter qu'ils ne restent pas les bras croisés, mais pour quelle finalité...
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  2. Exact, il ne faut pas que ces enquêtes soient des alibis, pour se dédouaner d'agir réellement.
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…