1 Milliard pour rien.

C'est en lisant cet article que je me suis dit que nos agriculteurs étaient bien mal barrés.
Déjà à l'annonce de Sarkozy dans le Jura, de la mise à disposition d'un milliard d'euros de prêts bonifiés par l'Etat, je m'étais dit que Sarkozy manquait de courage politique. En gros il dit, vous avez des problèmes de rentabilité de votre activité, donc endettez vous.

Les prêts seront disponibles dès Mardi.

Vous y comprenez quelque chose, moi pas. Enfin si, on comprend surtout à la lecture des propos du ministre de l'agriculture, que l'agriculture française risque bien de changer dans les prochaines années, au vue de la réforme de la PAC et donc des subventions Européennes, dont dépendent beaucoup nos agriculteurs.

Bruno Le Maire a au moins précisé aujourd'hui que la diminution significative des subventions agricoles européennes, évoquée récemment par Bruxelles pour 2014, était une "erreur majeure". "Jamais je ne prendrai la responsabilité de mettre l'Europe en situation de dépendre en matière alimentaire des pays extérieurs à l'Europe". Propos populiste et quelle prétention de croire que la France pourrait décider seule pour le reste de l'Europe...

Autrement dit, on veut garder les subventions Européennes qui alimentent sous perfusions nos agriculteurs.

Sauf que ce qui va être préparé pour le budget européen 2014-2020, c'est une réforme de la PAC pour laquelle la Commission souhaiterait consacrer moins de ressources, en introduisant notamment le principe du cofinancement (autrement dit, l'État membre prendrait une partie des financements à sa charge), en renforçant le dégroupage et en limitant drastiquement les interventions sur les marchés. Les nouveaux axes du budget étant croissance et emplois durables, climat et énergie et enfin Europe dans le monde.

Comme je l'ai déjà dit sur ce blog, le développement durable se fera aussi avec les pays du Sud et il faut au plus vite reconvertir une partie de nos métiers de l'agriculture.
Sans quoi, nous allons enchainer les milliards d'euros et cette reconversion de toute façon inéluctable nous coutera bien plus...

Commentaires

  1. La PAc et ses subventions profitent d'abord aux goupes de l'industrie agroalimentaire. C'est tout un système qui est à revoir...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, et on ne s-y prépare pas à ces changements. Là est mon inquiétude.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !