Accéder au contenu principal

La Poste doit rester 100% entreprise publique !

Je sais que ce n'est pas le cas pour tout le monde et il ne faudrait pas généraliser mon propos, mais en ce moment mon courrier met dix à quinze jours à me parvenir. On dit que lorsqu'il y aura ouverture à la concurrence en 2011 de la Poste, ce genre de chose arrivera moins... Peut être, en tout cas pour moi cela ne pose aucun problème, et suis solidaire des salariés de ma Poste.

La mobilisation des salariés n'est jamais facile et dans ce genre de grandes entreprises à multiple sites, il est plus difficile d'avoir des mouvements homogènes de revendication. Tous se retrouvent cependant sur la volonté que La Poste ne soit pas privatisée.

Mais les problèmes sont souvent différents, avec parfois des agences en manque de moyens dans les grandes villes, et des petites agences qui coutent cher dans les villages. Les salariés de la Poste ne vivent pas les mêmes situations.
Je vis dans une ville moyenne de 35 000 habitants, avec une agence principale et trois petits bureaux de Poste. Le problème est que cette ville est très étendue et que si l'un de ces trois petits bureaux de Poste devait fermer, cela isolerait une partie des habitants ne pouvant se rendre au bureau de Poste général.

C'est pourquoi les postiers de ma ville sont très mobilisés contre le changement de statut de la Poste. La crainte est de voir fermer l'un de ces bureaux de Poste, alors qu'il n'y a pas de volonté affichée de le faire pourtant...
Alors pourquoi craindre une fermeture, pourrait-on se demander ? En fait personne n'est dupe, le changement de statut de la Poste a pour seul but de pouvoir lever des fonds pour faire face à la mise en concurrence de l'activité Postale en Europe.

Est-ce la bonne façon pour s'y prendre ? Assurément que non, on sait bien que même si l'état reste actionnaire, qu'au fil de l'évolution de ce secteur d'activité, on demandera à ces établissement d'être au moins rentables, si ce n'est de faire des profits.
Pour prendre des marchés, il faudra baisser les prix et à terme réaliser des économies de structure et de masse salariale pour s'adapter au marchés. Voilà ce qu'il faut éviter en s'opposant au changement de statut de la Poste.

Les services publics n'ont pas à être sacrifiés par la concurrence. Quand Estrosi signifie aujourd'hui qu'il veut inscrire une garantie dans son projet de réforme, de ne pas privatiser la Poste, je trouve ça d'un ridicule affligent car hors sujet. Si effectivement La poste reste un service public aujourd'hui, son changement de statut en société anonyme lui permettra juridiquement d'ouvrir son capital.

N'est-ce pas hypocrite ? Assurément que Oui, ce que nous voulons comme c'était le cas avec EDF, c'est que cette entreprise reste 100% entreprise publique ! Seule condition pour garantir face au marché, un service de qualité.

Commentaires

  1. Oui, je ne sais pas ce qu'il nous fait le Estrosi !

    RépondreSupprimer
  2. Il se fout de notre gueule avec son amendement bidon...

    RépondreSupprimer
  3. Depuis 2 ans et demi, l'UMP a lancé une grande réforme de destruction des institutions publiques, et la Poste campe sur son chemin. Après cela, il suffira de foutre en l'air l'Assurance Maladie et mettre dehors les non-français et on se croira à Cuba !
    Faut arrêter le massacre, là !
    En tout cas, dans le Nord, grosse mobilisation contre cette réforme.

    RépondreSupprimer
  4. Oui normal dans le Nord, les gens sont habitués aux grandes luttes, on peut compter sur eux pour se mobiliser.

    Si cette réforme passe en force alors que plus de deux millions de personnes ont voté à 90% contre ce projet il y a un mois, cette affaire sera le symbole d'un gouvernement qui reste sourd à sa population.
    A l'heure du bilan, nous aurons de cesse de le rappeler.

    Merci Homer de ton passage et de ton commentaire. A bientôt.

    :)

    RépondreSupprimer
  5. Oui, on sait fort bien que d-s lors que la poste passe sous statut privé, plus personne ne pourra garantir que les capitaux privés ne deviennent pas majoritaires.
    On nous prend pour des lapins de 6 semaines !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…