Accéder au contenu principal

De moins en moins de perspectives d'avenir pour nos jeunes. Dur constat.

Dur constat, c'est ainsi que se termine l'article que j'ai lu ici, concernant le manque d'ambition des élèves dans les parcours scolaires d'aujourd'hui.

Effectivement, c'est dur de constater qu'il y a de moins en moins de perspective d'avenir permettant à la jeunesse de ce pays de faire des études en se disant qu'elle sera récompensée par l'obtention d'un poste dans une entreprise qui la payerait justement.

Il apparait donc dans l'étude de l'Insee «France, portrait social 2009» que nos jeunes brident leurs parcours.
A bulletins de notes équivalents, ils sont trois fois plus nombreux que leurs parents à ne pas poursuivre d'études supérieures, alors même que l'université leur est ouverte.
La moitié auront passé un bac professionnel ou technologique, plutôt que général. Ce qui n'est pas forcément mauvais en soi tant il est nécessaire de se spécialiser puisque le monde de l'entreprise se désengage de plus en plus dans le suivi des parcours professionnels.

Cependant, si cela fait déjà un moment que les plus pragmatiques d'entre nous se sont posés les bonnes questions sur ce qui fait qu'un parcours scolaire débouche sur un vrai métier, ce n'est pas le cas de tous, et on peut déplorer le manque d'information sur ces sujets.
N'entendons nous pas encore aujourd'hui quand il s'agit d'orientation que "le principal est de faire ce que l'on aime" ? Non, aujourd'hui il est dangereux pour un responsable de famille de dire cela à son enfant !

C'est dommage, mais c'est ainsi.

Quelle solution ? Remettre un gouvernement de gauche au pouvoir qui soutiendra l'innovation en France en incitant les politiques d'éducation et de formation, comme priorité nationale.

Commentaires

  1. Il serait temps de mettre en phase le système de l'éducattion nationale et le monde de l'entreprise

    RépondreSupprimer
  2. C'est parfois le cas, mais le problème vient surtout des entreprises qui sous-emploient les salariés ou smicardisent les nouveaux embauchés...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…