Accéder au contenu principal

Sarkozy Vs Aubry maintenant, et un front anti-Sarkozy après les régionales.

C'est reparti comme en 2007, Nicolas Sarkozy est en campagne. Après le départ de M.Aubry de son tour de France du projet, à la rencontre des Français et des militants, ambitionnant désormais de garder les 20 régions lors des élections de mars, la gauche devra désormais faire face à un Président en manœuvre électorale.

Un Président en Campagne.

Déjà, le débat annoncé sur l'identité nationale laissait à penser que les thèmes de campagne qui ont fait le succès de Sarkozy revenaient au devant de la scène. Et ça se confirme, encore hier il reprenait son costume de "premier flic de France" et ne se cachait pas de faire de la sécurité, un thème de campagne :
"Il faudra que chacun se positionne : est-ce qu'il donne la priorité à la lutte contre la délinquance ou à ses fantasmes ?"
Pff, franchement quelle réflexion idiote, si quelqu'un pouvait lui répondre à chaque fois qu'il dit ce genre de divagation. Est-ce aux régions de financer de nouveaux commissariats de Police ? Est-ce à la région de financer une Police de proximité que Sarkozy s'est empressé de supprimer... Ridicule.
Si Mr Sarkozy attend des régions socialistes qu'elles se prononcent pour des couvres feux comme le souhaite Hortefeux, il peut attendre, là pour le coup c'est lui qui est en plein fantasme !

Pour le reste toujours les mêmes idées, vidéo surveillance, lutte contre le trafic de stupéfiants, etc..

Donc aucune nouvelle annonce, juste de l'image, de la simple communication.

[Et les réactions de l'opposition ne se sont pas faites attendre. F.Hollande a dénoncé "l'incantation" du Président, estimant que sa politique sécuritaire est un échec. F.Bayrou met en doute, lui aussi, la méthode. "Cela fait sept ans que Nicolas Sarkozy est aux responsabilités, en France, sur les problèmes de sécurité. On a l'impression que, sur bien des domaines, cela revient en arrière. Donc qu'il arrête de faire des annonces, de la communication sur ce sujet, et qu'il fasse le travail".]

En face nous avons le PS d'Aubry convalescent mais en bonne voie de guérison.

Avant de dire du bien du PS, je commencerais par en dire du mal. Pourquoi demander une régularisation large des sans papiers, même si en précisant "des travailleurs sans papiers" on sait bien le souhait honorable de la première secrétaire du PS de trouver des solutions à des situations injustes. Mais était-ce opportun à trois mois des régionales ? J'en ai pas l'impression, la réaction de Sarkozy était logique, comme le disait autrefois Jean-Pierre Chevènement, "aucune régularisation massive n’a apporté de solution durable et équitable aux questions d’immigration" et Sarkozy de rajouter "Chaque fois qu'on a régularisé massivement, on a abouti au contraire de l'effet recherché, on a créé un appel d'air."
Encore une fois, même si c'est honorable, en cette période de crise et de remontée du chômage, l’électorat populaire a beaucoup d’aspirations et de revendications prioritaires mais sûrement pas celle de régulariser largement les sans-papiers.
Une sortie d'Aubry qui selon moi est une erreur de communication de plus.

Mais bon, en dehors de ces quelques erreurs de communication, d'anicroches entre leaders des différents courants socialistes qui ne seront plus que de vagues souvenirs dans quelques semaines, je dirais que la gauche et y compris le Parti socialiste montre des perspectives d'opposants qui laissent à penser que l'électorat va de nouveau leurs faire confiance.

Qu'on le veuille ou non, c'est bien d'un patron (ou patronne) qu'avait besoin le PS, pour ne pas dire un leader ou même un Présidentiable, tant cela chiffonne les susceptibilités de certains socialistes. Et c'est bien l'impression que donne Aubry depuis quelques temps.

Alors qu'on la disait partante de la rue Solférino dans cette période des huit premiers mois de sa prise de poste de premier secrétaire du PS, où l'on constatait à ce moment là des allers retours incessants entre Lille et Paris, montrant bien qu'elle avait du mal à incarner sa nouvelle fonction, c'est depuis à La Rochelle que l'on a commençé à entrevoir une Martine Aubry plus offensive.

La question de la modernisation du parti était donc un bien nécessaire même si dans un premier temps j'avais l'impression d'une perte de temps quand depuis déjà deux ans et plus, nous parlions de rénovation qui ne venait pas. En reprenant à son compte l'idée de Primaires ouvertes, elle a pris tout le monde à contre pieds. Ainsi, elle a mis fin à la crise de leadership et a endossé un succès avec la consultation des militants sur la rénovation du 1er Octobre.

Le résultat des régionales sera ce qu'il sera, 10, 15, 20 régions à gauche, soyons pragmatique, même un 16.4% aux Européennes n'empêche pas le premier parti de gauche de France de se refaire une santé. La période qui va suivre après ces élections intermédiaires est une période de reconquête pour la gauche, nul doute que nous allons assister dès l'été prochain lors des nombreux congrès à des retrouvailles devant les caméras.

Commentaires

  1. Oui il faut ! Optimiste, mais réaliste je pense.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. @ l'anonyme ou au troll qui se ferait passer pour quelqu'un qu'il n'est pas !

    Votre commentaire est un copier coller d'un article que l'on peut retrouver à cette adresse : http://www.jir.fr/index.php?id_article=228747&page=article

    Déjà que cet article est loin de respirer l'intelligence, se substituer à l'auteur ne donne pas l'impression que vous le soyez plus !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…