Baisse ou augmentation des températures ?

Une "ruse" pour manipuler les relevés de température afin de "dissimuler une baisse" du climat, telle est la façon de présenter l'affaire qui commence à faire du bruit sur le net, à l'approche du sommet de Copenhague ce lundi.

Cela ne vous rappelle t-il pas quelque chose ? Claude Allègre nous parle de cette baisse des températures depuis dix ans, beaucoup le trouve ridicule, et maintenant à quelques jours de l'ouverture du sommet qui est censé trouver des solutions pour stabiliser le climat de la planète, c'est un centre de recherches sur le climat (CRU) justement qui est pris dans une sombre affaire de manipulation des données climatiques.

3 000 documents de chercheurs piratés

Une lecture partielle des e-mails démontre que, dans beaucoup de cas, les climatologues révèlent que leurs propres travaux ne sont pas concluants. Dans d'autres e-mails, ils discutent de la manière de dissimuler des désaccords entre eux afin de présenter une position "unifiée" du changement climatique.

Bref laissons ça de côté, le temps que l'enquête de la Police fasse son œuvre et revenons plutôt sur les positions de Claude Allègre qui elles sont établies depuis longtemps.

Qui est Claude Allègre ? Je trouve intéressant de situer le bonhomme, parce que beaucoup le connaissent comme étant l'ancien ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sous le gouvernement Jospin, mais moins comme le scientifique de renommée mondiale qu'il est.
C.Allègre est un géochimiste. Ses travaux scientifiques et sa carrière de chercheur ont notamment été récompensés par le Prix Crafoord en 1986 et la Médaille d'or du CNRS en 1994. Il est membre de l'Académie des sciences française et de la National Academy of Sciences, l'académie des sciences américaine. Il est également membre de l'IUF.

Que dit Claude Allègre ?

Première chose, il ne critique pas Copenhague et la nécessité de réduire les émissions de Co2, il dit à juste raison que les quotas et interdictions, cela ne marchera pas. Pourquoi ? Parce qu'on parle de réduire les émissions en présentant des pourcentages, sauf que réduire les émissions d'aujourd'hui ce n'est pas garantir qu'elles seront réduites dans les pourcentages de 20 à 40% en 2050 comme annoncé, puisque le volume total va augmenter. Ce qui va être traité c'est une proportion, pas le volume total, que nous ne pouvons mesurer d'ailleurs.
Et Il ajoute que depuis que l'on prétend vouloir réduire les émissions de Co2, elles ont augmenté de 50%.

La démarche est louable, mais ce n'est pas la bonne.

Deuxième chose, comment pouvons nous prétendre connaitre quelles seront les températures dans un siècle quand on n'est pas capable de les prévoir sur une année ?

Une chose est sûre, il y a bien une augmentation de l'effet de serre :

L'effet de serre est un phénomène naturel, indispensable à la vie sur Terre et qui assure une température moyenne de +15°C.
Les activités humaines, en particulier les transports, l’industrie et l’élevage, contribuent à augmenter le niveau des émissions de gaz à effet de serre.
Mais c'est surtout dû à l'activité naturelle du Soleil. Lorsque le rayonnement solaire arrive sur la surface terrestre, une partie est absorbée par les sols. Elle est convertie en chaleur et renvoie un rayonnement infrarouge vers l’atmosphère. Une partie de ce rayonnement est captée par les molécules de gaz à effet de serre et ré-émise vers la terre. Ce processus se répète plusieurs fois, et plus la concentration en gaz à effet de serre est importante, plus la terre et la troposphère se réchauffent.

Et il n'y a pas que l'effet de serre à prendre en compte, mais bien d'autres facteurs sur lesquels l'homme n'aura jamais d'incidence.

Exemple : une petite recherche m'a amené à prendre connaissance de ce que sont les cycles de Milankovitch.

L'astronome Milutin Milankovitch avait calculé une courbe de variation de l'intensité du rayonnement solaire au sol à la latitude 65˚ en fonction de trois caractéristiques de la rotation de la Terre autour du Soleil, soit :

1- Variation de l'excentricité de l'orbite terrestre autour du soleil

2- Variation de l'inclinaison de l'axe de rotation terrestre

3- Précession de l'axe de rotation terrestre

Les conséquences géophysiques sont connues comme étant les variations de Milankovitch, intervenant dans des variations climatiques naturelles.

Depuis d'autres scientifiques ont étayés ces thèses.

Ce que j'en pense :

Le climat est naturellement variable comme en témoigne l'irrégularité des saisons d'une année sur l'autre.
Nul doute que l'impact de l'homme sur la planète doit contribuer à l'augmentation de l'effet de serre, mais il faut aussi prendre en compte toutes les données, tous les facteurs qui y contribuent.
L'activité du soleil est très mal connue, mais elle est le premier facteur à prendre en compte dans l'effet de serre et on en parle jamais ! Peut être parce que nous sommes impuissants face à une donne naturelle qui nous dépasse.
C'est l'effet de serre qui a permis la vie sur cette planète, c'est lui aussi qui peut la reprendre.

Commentaires

  1. Billet bien documenté.

    je te conseille la dernière émission de la Ligne jaune sur Arrêt sur images, elle est pile poil sur ce sujet

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !