Accéder au contenu principal

Les Alliances : qui, quoi , comment ?

Difficile de ne pas froisser les susceptibilités de chacun, les militants qui croyaient porter leurs forces politiques seuls et envers contre tous, déchantent quand leurs leaders envisagent des alliances de circonstances pour la gagne.

Et c'est typique des militants à gauche, entre ceux qui ne croient plus au PS et ceux qui se disent avoir toujours été des électrons libres, on a à faire à des militants qui ont certes des convictions, mais qui ont du mal à se situer par rapport à l'intérêt collectif sous couvert de débat idéologique qui empêcherait tout rapprochement pourtant nécessaire.

Quelles sont ces divergences ? Qu'est ce qui fait que les différentes forces de gauche ne peuvent se rassembler en une seule force capable de s'opposer au mastodonte UMP ?

Pour tenter d'y répondre prenons en exemple l'excellent titre du billet de DDP (Des Pas perdus, un des blogs que j'aime le plus lire) "Je quitte le PS pour rester socialiste". Est-ce à dire que les socialistes ne seraient plus assez socialistes ? Le socialisme étant un type d'organisation sociale basée sur la propriété collective des moyens de production en opposition au capitalisme. Franchement en sommes nous encore là ?

Non je ne crois pas, et quand on se renvoie à la gueule "mais que propose le PS pour remettre en cause le libre-échange, le capitalisme, etc..." j'ai envie à mon tour de leur poser la question "Que proposent les autres partis de gauche ?" Et vous croyez vraiment qu'on va avancer comme ça face à la droite ?

Et c'est ce genre de débats à la con, passez moi l'expression, débats loin des préoccupations des Français, loin du concret des propositions qui parasitent des rapprochements qui se feront de toute façon !

Dernières demandes de trahisons de nos leaders politiques, oui "trahisons" parce que c'est vu comme cela par les militants, ces derniers temps en vue des régionales :

-Jean-Luc Mélenchon qui avait proposé mercredi un "accord préalable" de rassemblement au deuxième tour des régionales à Daniel Cohn-Bendit, leader d'Europe Ecologie. Et Cécile Duflot de répondre qu'elle était contre "les combinaisons au sommet". Bah quand ils seront enfin d'accord entre eux, il sera surement trop tard.

Incroyable comme tout semble tourner autour des verts d'Europe écologie. Je dis bien semble, car ce n'est pas un petit 16% aux Européennes qui va faire la différence à long terme. Vous verrez ce que l'on dira des verts après les régionales. Que le résultat (petit) est normal parce que c'est un jeune parti et bla , bla , bla...

-D'ailleurs Duflot persiste dans sa stratégie seule contre tous, elle répondait à Bayrou aussi "je ne crois pas aux formules"en réponse à la proposition d'un "arc central" de François Bayrou pour regrouper gaullistes, droite sociale, socialistes et écologistes contre Nicolas Sarkozy.

Pfff que d'erreurs de communication et de compréhension des enjeux ! On ne leur demande pas de fusionner leurs forces politiques, on demande juste qu'ils donnent l'image, au moins, de pouvoir travailler ensemble quand c'est nécessaire ! Les scrutins à deux tours font le reste ! Que chacun propose ses candidats au premier tour est bien normal, mais il faut avoir des stratégies d'alliance clairement établies pour les seconds tours ! Sans quoi c'est la droite qui avance sur nos divisions.

A lire sur ces mêmes sujets :

La cible du Parti de Gauche

Méluche, je suis Vert… de rage. Et Rouge. De honte.

Je quitte le PS pour rester socialiste

Message de l'UMP pour les régionales: Non Sarkozy, ce n'est pas sale

Commentaires

  1. Oui, on se demande comment l'opposition archi-majoritaire à Sarkozy va t-elle empêcher l'UMP de gagner des régions vu qu'ils y aura forcément des ratés entre les deux tours, comme en Languedoc-Roussillon !

    RépondreSupprimer
  2. Le mal est très profond.
    Le virage à droite du PS a commencé avec la fin du "programme commun" et s'est accéléré avec les années fric (1983).
    Rappelez-vous que Mitterrand à son 2e mandat ne s'est pas présenté sous l'étiquette PS, mais sous celle de majorité présidentielle.
    Quand on pense que Tapie a été ministre de Mitterrand (Ha Tapie, le gauchiste ! Ha ha).
    Et quand on pense que le président de l'OMC qui prône la n on-régulation est un membre du PS. Et je ne parle pas de DSK président du FMI !!!

    Et enfin le summum. ! un type comme Besson a réussi à gravir les échelons au PS et y est resté des années avant de partir ....

    RépondreSupprimer
  3. @ Pertinax,

    Oui des ratés y en aura forcément, et je crois bien que l'UMP va gagner plus de régions qu'on ne le dit...

    @ Elmone,

    Comme tu y vas pour noircir le tableau :)

    Surtout que tu parles de choses qui n'ont rien à voir les unes avec les autres^^

    Dire que le PS est en crise c'est juste, mais le comparer aux autres formations de gauche plus "marxistes", choses que toi tu ne fais pas mais qui est devenue une habitude pour d'autres, pour finalement dire et là pour le coup tu le dis que le PS a pris un virage à droite.
    Franchement si il n'y a que l'exemple de Tapie pour étayer cette affirmation, cela me semble un peu léger.

    Y a un moment où le concret des propositions prend le pas sur les différences qui justifient les différents partis de gauche. Et c'est là qu'il faut que chacun s'y retrouve.

    Mais bon, je ne vais pas me faire l'avocat du PS, je voulais simplement dire que les rapprochements entre formations politiques sont compréhensibles, et que si il est bien normal dans un scrutin à deux tours que chaque formation ait son candidat, il faut des stratégies d'alliance claires pour les seconds tours.
    Sans quoi c'est la droite qui avance.

    RépondreSupprimer
  4. Rien à rajouter mais merci de l'avoir écrit !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…