Des voeux de réduction des dépenses courantes a-t-il dit !

Premier billet de l'année, je ne vais pas être original et commenter les vœux du Président qui, même si de l'avis de tous, semblent rien n'apprendre de plus, auront montré cependant un N.Sarkozy moins habile pour cette troisième séance de souhaits de fin d'année auxquels il s'essayait hier soir.

Première réaction quand il apparait à l'écran, je me dis qu'il est bien bronzé notre Président. Très vite je me dis qu'il n'est pas à l'aise dans cet exercice de lecture du prompteur.

Dans le fond, dans chacun des thèmes abordés, se cachaient en arrière plan les ratages, les échecs de sa politique.

Il dit penser à ceux qui ont perdu leur emploi et vouloir faire reculer le chômage, alors que la fusion ANPE-Assedics a engendré des situations difficiles pour les demandeurs d'emploi, qu'aucune politique n'a été mise en œuvre pour endiguer la hausse du chômage, bien au contraire l'état a été en 2009 le plus important destructeur d'emploi.

Une brève allusion au sommet de Copenhague où il s'était investi personnellement pour éviter l'échec, on connait la suite. Il affiche son volontarisme dans les domaines de l'environnement, alors que la taxe carbone est censurée parce qu'injuste et ose nous expliquer encore que c'est aux consommateurs de "consommer mieux".
Son projet alternatif fera-t-il payer les vrais pollueurs ? L'industrie s'en inquiète, pétrochimie, aéronautique, automobile étaient exonérées alors que ce sont elles qui peuvent réellement changer les comportements par des ruptures technologiques.

Pas un mot sur l'identité nationale et il ose parler de fraternité...

Ce qui m'a le plus interpellé, "il faudra réduire les dépenses courantes" personne ne relève, mais il annonce ici que l'on va brader un peu plus la France !

Qu'est ce qu'une dépense courante ? (exemple pour l'union Européenne)

Les dépenses courantes comprennent trois grands postes de dépenses :

- les dépenses de personnel (qui représentent 34 % des dépenses totales en moyenne dans l’Union européenne) ;
- les dépenses liées aux prestations sociales et autres transferts (27 %) (qui ne seront pas abordées ici)
- les autres dépenses de fonctionnement (25 %) qui regroupent, entre autres, le paiement de la dette et l’entretien des locaux des collectivités.

Jusqu'au-boutiste, je-m'en-foutiste, il aura certainement la volonté de réduire idéologiquement tant qu'il le peut, le poids de l'état dans les dépenses publiques.

C'était à mon avis la principale information de ces quelques minutes d'allocution télévisuelle qui ne laissent rien présager de bon.

Commentaires

  1. pas eu le courage de regarder et d'entendre, merci de cette veille nécessaire
    BONNE ANNEE à toi

    RépondreSupprimer
  2. Oh disons qu'un verre à la main, les commentaires ont fusé et c'était finalement assez amusant de critiquer celui qui malgré un bronzage outrancier pour un mois de Décembre, tenait un discours bien fadasse.

    Merci de ton passage OSEM, et bonne année à toi.

    RépondreSupprimer
  3. Il fait du thatchérisme.... Pas sûr que le peuple accepte encore de se faire déposséder.

    RépondreSupprimer
  4. Bien vu....

    Bonne Année quand même

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !