Accéder au contenu principal

Droit de réponse

Martine Aubry s'exprimait donc hier soir en réaction à la prestation de Nicolas Sarkozy, qui se déroulait la veille à la même heure sur le même plateau télé.

Première question de Laurence Ferrari : Sarkozy a t-il été convaincant ? Elle répond qu'elle a trouvé les 11 invités convaincants et N.S en complet décalage, en panne de réponse, sans cap.

Très vite, elle est interrogée sur sa récente déclaration d'une retraite à 62 ans. L'occasion pour la première secrétaire socialiste de rectifier le tir d'un propos qui a dérapé. Elle profite donc de cette tribune pour rappeler la position officielle du parti socialiste de maintenir l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans.
Elle précise que chaque Français doit en garder le droit. Elle insiste sur un discours qu'elle veut empreint de réalité, elle dit le PS responsable voulant participer activement à ce débat, ne réfutant pas la possibilité de rencontrer Sarko sur les thèmes suivants :
Il faut prendre en compte la pénibilité du travail pour déterminer la durée de cotisation, traiter le problème de l'emploi des séniors pour qu'il y ait plus de cotisations. Plus de cotisations, plus de financement, elle rappelle la nécessité de taxer les revenus financiers, les stocks-options, les bonus, pour trouver de nouveaux modes de financement à un problème qui dépasse largement le simple fait de cotiser quelques trimestres de plus.

J'avais trouvé lamentable sa première déclaration que je considérais mal venue, parce qu'elle donnait l'occasion à la droite de récupérer des propos mal calibrés. Ici, elle aura donc eu l'occasion d'affirmer l'exigence que doit être celle de toute la gauche de proposer des solutions à un problème qui a trop duré.

Viens la problématique du chômage où l'on peut constater là aussi le clivage politique entre les propositions de la droite qui met en œuvre des politiques d'investissement et d'assistanat aux entreprises, en laissant de côté les politiques possibles de relance par la consommation.
Il était de bon ton de rappeler le manque de réalisme de Sarkozy sur ces sujets. Quand Laurence Ferrari demanda au chef de l'état si il ferait " quelque chose pour le million de personnes arrivant en fin de droit de chômage ?", la réponse fût claire, pour le chef de l'état, le RSA existe avec le travail temporaire pour lui éviter de faire plus.
Mme Aubry demande donc au chef de l'état de revoir son jugement sur cette question dont je suis sûr nous aurons l'occasion de reparler, puisque nous nous dirigeons là vers un vrai problème d'augmentation de la précarité ces prochains mois.

A moins de deux mois des élections régionales, la journaliste demande à Aubry si elle croit toujours que le PS va faire le grand chelem dans cette élection. Prudente elle répond que le PS ne va pas, mais peut gagner toutes les régions. Oui c'est possible dit-elle.
Avec une côte de popularité en hausse, elle dit se sentir "pousser des ailes".

En fait elle joue là son va-tout, si elle échoue elle aura du mal à rebondir et à s'imposer dans la course à la Présidentielle.

Les régionales sont l'occasion pour Martine Aubry de signifier à toute la gauche, qu'elle veut incarner une alternative pour 2012. Mais elle dit vouloir se prononcer seulement à partir de Mai 2011, à un an de sa possible élection. Peut être sera t-il déjà trop tard...

Commentaires

  1. Arg ! Ton commentaire chez moi me rappelle que c'est la lecture matinale (vers 6 heures) de ton billet qui m'a décidé à faire mon billet sur les retraites... Oups. Je le corrige.

    Quand on n'a pas de tête...

    RépondreSupprimer
  2. Bah ! Ce n'était pas nécessaire de le préciser ^^

    ... Mais merci quand même :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…