Grippe A : Le principe de précaution a été poussé à l'extrême stupidité

Nous savons donc depuis ce week-end et c'est Roselyne Bachelot ministre de la santé qui l'a confirmé, que la France cherche à revendre son stock de vaccin contre la grippe A.

Je dis bien le stock, parce qu'avec plus de 94 millions de doses achetées pour seulement 4 millions de personnes vaccinées à ce jour, le gouvernement peut revendre la quasi totalité de son stock, qu'il en resterait même qu'un dixième, que cela suffirait à faire face à une nouvelle vague d'épidémie.

C'est d'ailleurs dans le camp UMP que les critiques sont les plus virulentes sur la gestion de cette affaire, le professeur Bernard Debré, député UMP de Paris et membre du Comité consultatif national d'éthique, a affirmé hier que « le principe de précaution a été poussé à l'extrême stupidité ». Il estime que la France a acheté 50 à 70 millions de vaccins en trop et un tiers des réserves mondiales de l'antibiotique Tamiflu. La facture s'élève selon lui à près de deux milliards d'euros, soit plus que les déficits additionnés de tous les hôpitaux de France. A lire ici.

La psychose se termine. Si il y avait de quoi être inquiet au vu de la campagne de communication alarmiste du gouvernement, on se rend vite compte quand votre médecin vous annonce que vous avez contracté la grippe A, que c'est une simple grippe. Je peux en témoigner ce fût mon cas, j'en ai parlé ici.

Commentaires

  1. Yes !

    Les labos se frottent les mains... En plus de payer, l'état français sert de commercial...

    RépondreSupprimer
  2. Pour eux c'est tout bénef ! Oui.

    RépondreSupprimer
  3. Certain"e"s parlent d'enquête parlementaire ... à mon avis c'est une judiciaire qu'il faut !

    @ +

    Bésitos

    RépondreSupprimer
  4. Et ce sont les français qui paient en attendant...

    RépondreSupprimer
  5. et pendant ce temps, ya des gens qui crèvent de froid dans la rue...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !