Accéder au contenu principal

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que "le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du marché".

Incroyable, scandaleux, lamentable sont les mots qui me viennent. J'ai simplement l'impression qu'on tente d'amoindrir nos connaissances, de faire en sorte que l'on cerne moins les tenants et les aboutissants des questions économiques et sociétales pour mieux nous asservir.

Commentaires

  1. Tu fais des billets le soir, maintenant ?

    En fait, c'est un des vieux reproche que fait la droite à l'école : les profs étant de gauche, les principes économiques enseignés sont forcément de gauche, selon eux.

    RépondreSupprimer
  2. De manière impulsive parfois les billets...

    Ton explication me parait bonne, mais les professeurs ne doivent pas faire de prosélytisme, alors que là c'est l'état qui en fait !

    RépondreSupprimer
  3. Faudrait tout de même pas que les élèves, futurs citoyens, s'intéressent de trop près aux questions économiques et sociales...

    RépondreSupprimer
  4. Expliquer l'économie de marché deux fois, ça revient à faire du libéralisme poussif, non? L'analyse du chomage et des contraintes sociales semble pourtant indispensable pour comprendre le fonctionnement du monde du travail! On enlève, une fois encore, la possibilité aux élèves de réfléchir par eux-mêmes à des questions qui les toucheront peut-être directement! On ôte leur esprit d'analyse. On en fait des moutons. Merci Sarko.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Hé dis donc l'anonyme, tes remarques à la con tu vas les faire ailleurs !

    RépondreSupprimer
  7. Ne réponds donc pas aux trolls ! Avec tout ce que je prends dans la gueule, ce n'est pas une broutille comme ça qui va me faire frémir.

    Surtout aux trolls anonymes, ils ne s'abonnent pas aux commentaires et reviennent assez rarement.

    Merci quand même !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…