Réprobation générale ! Il faut rassembler son camp !

Alors que Luc Ferry se paye la politique de Sarkozy, un sondage donne un résultat tellement important, montrant que les français n'y croient plus, qu'il est intéressant de s'y arrêter.

Les trois quarts des Français (78%) considèrent que "les responsables politiques, en général, se préoccupent peu ou pas du tout de ce que pensent les gens".
Vous allez me dire rien d'étonnant à cela ; qui se soucie des 12 heures par jour effectuées par ces élus ? Non, on entend bien plus souvent "tous pourris", "une fois élus ils oublient tous bien vite les promesses de campagne".

De gauche comme de droite, les français n'ont plus confiance. Seules 14% ont "confiance dans la gauche pour gouverner le pays" et 16% "ont confiance dans la droite".

Je trouve ces chiffres très inquiétants et je n'ai pas l'impression que cela corresponde à la France, aux états d'âmes, aux attentes des Français d'il y a trois ans. Souvenez vous les français s'étaient fortement impliqués dans la campagne présidentielle en 2007, la participation des Français à ce scrutin avait atteint un taux record : il se situa aux alentours de 87%, un taux jamais égalé sous la Ve République.

Depuis c'est la douche froide, sécurité-insécurité, pouvoir d'achat-chômage partiel, la France d'après a découvert la réalité de la politique libérale et clientéliste de Sarkozy. Toujours moins d'état, moins de "social" pour assister toujours plus son électorat, classiquement à droite, les plus riches.

A contrario, il faut à l'opposition rassembler et convaincre l'électorat "restant", c'est à dire le plus important, celui du plus grand nombre, celui des classes populaires, ouvrières, des retraités, des jeunes qui attendent beaucoup de l'avenir, celui de la France qui se lève tôt comme il disait, celui à qui on avait promis de pouvoir travailler plus pour gagner plus. Bref pour gagner, il faudra rassembler en confrontant les bilans d'une droite décomplexée qui n'aura rien amené de bon à une alternative politique qui pourrait redonner confiance.

C'est d'ailleurs ce que rappelle aussi Luc Ferry à Sarkozy quand il lui conseille de ne pas trop perdre son électorat de droite, quand il lui signifie que "celui qui gagne, c'est celui qui sait rassembler son camp."
C'est ainsi que je commençais ce billet en parlant de l'ex-ministre de l'éducation nationale qui ce dimanche s'exprimait en interview au Parisien/ Aujourd'hui en France.

Repris dans le nouvel Obs, Mr Ferry n'y va pas de "main morte" :

La taxe carbone ? "Une absurdité". Le grand emprunt ? "Surréaliste". Le débat sur l'identité nationale ? "Politiquement absurde". Du coup, "la droite va prendre une tôle" aux régionales. Et pourtant, estime l'ancien ministre, Nicolas Sarkozy reste "le meilleur et de loin".
C'est dire ! S'il reste le meilleur, c'est que ses opposants ne sont pas bien bons !

Et cela se retrouve dans notre sondage cité plus haut. Alors bien sûr je ne fais pas ce billet pour jouer les défaitistes et je suis sûr que ce sondage n'est que le sondage d'un jour.

Mais j'aimerais aussi que nos leaders politiques en aient bien conscience, au risque de voir l'abstention augmenter lors des prochaines élections, ce qui ferait un peu plus le jeu de celui qui a dégouté les français de la politique en si peu de temps.

Commentaires

  1. "la France d'après a découvert la réalité de la politique libérale et clientéliste de Sarkozy" Faudrait pas non plus oublier la crise economique dans tout ce bazar démoralisant, non?

    RépondreSupprimer
  2. Corto74,

    Pas besoin de justifier, tout le monde constate l'indécence des politiques clientélistes aggravantes en temps de crise...

    Dpp,

    Y a pas que les sondages, on entend le "Tous pourris" tous les jours autour de nous, c'est populo mais c'est ce qui se dit.

    RépondreSupprimer
  3. Les français ne croient plus au promesses des politiques d'où qu'elles viennent. La crise mondiale a été programmée, composée et orchestrée par les banques et les multinationales. Le but est clair produire un maximum de richesse pour une élite et laisser survivre le reste de la population mondiale.
    L'avenir et je dirais la survie des êtres humains sur la planète passe par un changement dans la répartition des richesses. Si cette prise de conscience n'est pas faite par les dirigeants politiques, nous connaitrons à nouveau révoltes, révolutions et guerres.

    RépondreSupprimer
  4. Le pire est encore devant nous ... malheureusement

    @ +

    Bésitos

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !