Sarkozy place ses amis.

Bayrou parlait d'une "offense faite" par Nicolas Sarkozy "aux principes élémentaires de notre démocratie" séparant "les intérêts publics et privés" en évoquant l'affaire de la nomination de Proglio à la tête d'EDF. Et se demandait quand les républicains à droite allaient se réveiller, voilà qu'il a peut être été entendu.

Pour le président du groupe sénatorial UMP, Gérard Longuet, le plus gros problème dans l'arrivée de Proglio à la tête d'EDF est qu'il soit à la tête d'entreprises concurrentes.

Nous nous sommes focalisés sur la rémunération, mais c'est bien un conflit d'intérêts auquel nous assistons. Les socialistes, la gauche et le MODEM en la personne de Bayrou auront eu raison de pointer un cumul des fonctions qui à terme pourrait favoriser une fusion EDF-Veolia. Des pas perdus en parle très bien. Les craintes sont par exemple de voir confier la gestion des centrales nucléaires au secteur privé.

La manœuvre de Sarkozy est celle qui consiste à développer un réseau d'intérêt en nommant les amis aux postes clefs. C'était déjà le cas avec François Pérol lors de la fusion Caisse d'épargne-Banque populaire, secrétaire général adjoint de l'Élysée qu'il était alors.

Commentaires

  1. Au-delà des polémique 3Bayrou est-il de droite", je dis que Bayrou dit bien les choses et que c'est déjà beaucoup!

    RépondreSupprimer
  2. SArkozy ne fait jamais rien pour rien, tout est réfléchi et calculé quelqu'en soient les résultats..

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai, je suis d'accord, il dit bien les choses. C'est un bon "leader" politique d'une certaine façon...

    Depuis Hamon et Melenchon se sont exprimés dans les mêmes termes aussi...

    RépondreSupprimer
  4. Oui Christie, un vrai calculateur machiavélique...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !