Le SMIC a 60 ans, l'occasion de rappeler qu'il y a un sérieux problème de salaire en France !

Le Smic a succédé en application d'un décret du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas du 2 janvier 1970, au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), instauré le 11 février 1950.

Cela fait donc 60 ans qu'il y a un revenu minimum en France. Si depuis 10 ans il a fortement augmenté de plus de 32 %, passant de 6.67 euros brut/heure à 8.86 euros brut/heure, il reste cependant très insuffisant pour vivre décemment.

Comment fait on pour vivre avec 1050 euros net/mois ?

Le montant des loyers pour se loger sont très différents selon les régions, mais une moyenne de 600 euros permet selon les cas, meublé, studio, F3 ou F4 dans un quartier recherché ou pas, de se rendre compte que les quelques 400 euros restants ne suffisent pas à se chauffer, se nourrir, ou même simplement à survivre. C'est dire si il y a un problème de salaire en France !

Il y a un tassement de tous les salaires en France.

Si je ne suis pas personnellement payé au Smic, ce revenu qui est le seul sur lequel l'état peut influer, (obligeant les entreprises à augmenter les salariés concernés par ce revenu), permet de comparer l'évolution des salaires par rapport à ce qui est devenu depuis 60 ans une base légale de rémunération.
Dans ce laps de temps, décrit ci-dessus, de 10 ans, depuis l'année 2000, mon revenu a augmenté de 19 %, quand le smic augmentait de 32 %.

Sans dire quel est mon salaire, et n'étant pas un jeune embauché, je peux néanmoins faire la comparaison du salaire d'un jeune embauché dans l'entreprise pour laquelle je travaille, avec celui du Smic. Dans les années 80, un jeune pouvait rentrer à 20 ans avec un Bac +2 et gagner 1.9 fois le smic d'alors, aujourd'hui ce même jeune gagne 1.3 fois le smic. Il y a donc bien un tassement des salaires vers ce minimum légal.

Je me souviens de la candidate socialiste qui lors de la campagne Présidentielle de 2007, avait convenu qu'en cas de victoire, elle organiserait une conférence nationale sur les salaires dès le mois de Juillet qui suivait son élection. Ce ne fût pas le cas, on sait maintenant qu'en ce mois de Juillet 2007 se prépara la loi TEPA, qui accoucha du bouclier fiscal, qui aura permis effectivement d'augmenter les revenus de certains, mais certainement pas des plus démunis.

Que de temps perdu depuis...

Commentaires

  1. En restant soumis aux directives européennes qui imposent la concurrence non faussée, et de fait le dumping social, même la gauche en son temps, hormis 81-82, n'a pas fait grand chose pour le SMIC .

    Le chômage permet au pouvoir et au patronat de jouer avec les peurs pour imposer une sorte de nivellement par le bas des salaires.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la peur de perdre son emploi joue dans la non augmentation des salaires, les patrons embauchent au plus bas parce qu'il y a un vivier de demandeurs d'emploi important. Nous sommes rentrés dans un cercle vicieux où le seul arbitre possible est le pouvoir public avec l'augmentation du smic. Un grenelle de l'augmentation des salaires devrait avoir lieu.

    RépondreSupprimer
  3. Plus qu'un Grenelle, revoir la distribution des richesses...

    RépondreSupprimer
  4. Chroniques partisanes1 mars 2010 à 19:04

    Le chômage est un mal nécessaire , les rapports offres/demandes permettent le nivellement des salaires vers le bas.
    C'est bien connu.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !