Accéder au contenu principal

Election quand tu nous tiens !

Je viens de tomber sur une chaine lancée par Yann que j'ai trouvé "amusante", la question posée est "Qu'allez vous faire le soir des élections ?". Sa réponse m'a plu car elle correspond à peu de chose près à la situation que je vais vivre moi-même, à savoir suivre le résultat de ces élections. Pourrait-il en être autrement pour un blogueur politique qui se respecte ? Et Yann a raison, ces soirées électorales ont une saveur toute particulière.

Si j'ai été moins présent ces derniers temps, je reste néanmoins nformé et m'imagine mal louper cette soirée électorale dont on parle certes si peu chez le citoyen lambda, mais beaucoup plus au sein de la blogosphère politique à gauche.

Pourquoi parle t-on si peu de ces élections ? J'ai lu ici, que c'était peut être à cause du niveau zéro de la politique qui avait été atteint ces derniers temps, que les acteurs de cette campagne "rasent les pâquerettes" jour après jour, que c'est ce climat nauséabond qui fait que la population s'intéresse si peu à ce scrutin. Nicolas nous parlait encore de la désinformation qui ne trompe plus personne sur les 35 heures, le chômage ou la sécurité, propos du premier ministre qui tiennent plus d'une mauvaise propagande, que d'un vrai argumentaire basé sur des chiffres indéniables.

Et encore si nous en restions à ce niveau là, ça irait encore, mais nous atteignons réellement un ridicule dans les critiques, dans l'indécence des attaques. Il y eût l'affaire de la candidature d'Ali Soumaré, l'affaire Frêche, les comparaisons douteuses sur la gestion de Ségolène Royal en Poitou-Charentes, la comparant à une "dictature du prolétariat""je vous rappelle que le nazisme était une dictature du prolétariat". Diffamation, tromperie, recueil d'informations personnelles sont les outils employés pour atteindre l'adversaire.

Nous avons l'impression d'une cour d'enfants, où règlement de compte et coups bas sont de rigueur. Il ne faudra donc pas s'étonner que les gens aient décroché de cette campagne aboutissant à une abstention que tout le monde prédit comme étant une abstention record à marquer dans les annales.

Commentaires

  1. Je l'ai déjà dit, mais l'abstention ne me choque pas. Elle doit préoccuper les partis politiques mais pas nous... J'aime autant que les gens qui s'en foutent ou ne sont pas informés ne votent pas.

    RépondreSupprimer
  2. s'ils s'en foutent, c'est qu'il y a sans doute au moins une raison...

    RépondreSupprimer
  3. Cela doit préoccuper en premier lieu les partis politiques, car c'est leurs rôle de mobiliser, je suis d'accord.

    Mais pour que notre vote soit réellement pris en compte, il faudrait au moins qu'il soit représentatif.
    Je suis d'accord avec DPP, il y a quand même un problème. Même si je préfère que les gens ne votent pas plutôt que de mal voter... Peut être faudrait-il que les conseillers régionaux soient élus par nos élus municipaux, ça serait peut être plus représentatif...

    RépondreSupprimer
  4. j'suis pas en avance sur ton message mais c'est sur je ne raterai pas la soirée électorale de dimanche !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…