Accéder au contenu principal

La PAC doit-elle augmenter ses subventions ?

Une manifestation d'agriculteurs s'organise donc aujourd'hui à Paris pour dénoncer la baisse des cours mondiaux des céréales, notamment du blé, et remettre en avant la suppression des aides Européennes.

Car c'est bien le fond du problème, dans le même temps, cette filière subit une baisse de ses cours alors même qu'elle reçoit moins de subventions Européennes. Un céréalier vend aujourd'hui 90 euros la tonne de blé quand il devrait la vendre 110 pour voir ses comptes en équilibre.

Certains diront que c'est la loi du marché, d'autres penseront qu'un pays d'agriculture comme le notre devrait conserver sa "tradition agricole" , alors même que nous sommes en sous-capacité de répondre aux besoins mondiaux. Alimentons-nous sous perfusion cette filière vaille que vaille ? Je m'interroge et ne sais quoi penser.

Les subventions de la PAC (politique agricole commune)

Il me semble que si l'on doit attendre plus de l'Europe, il faut que celle-ci se réorganise certes politiquement, mais aussi dans son fonctionnement.
La PAC représente 45% des dépenses budgétaires européennes. La France en profite très largement depuis plus de cinquante ans.
Les aides étant proportionnelles aux quantités produites, la France a été la première de l'Europe des six (1951) à tirer avantage de ce dispositif et a orienté au fil des décennies des politiques nationales favorisant le développement des entreprises agricoles pour garder cet avantage du pays recevant le plus ces aides.

Le problème est que ce dispositif ne répond plus au contexte d'aujourd'hui, la mondialisation des marchés a de plus en plus de conséquences sur nos productions locales. La compétition n'a plus lieu entre villages, ni entre pays de notre petite Europe, mais entre continents !
Alors même que les pays du Sud devraient pouvoir se développer et accéder à nos marchés pour une meilleure répartition des richesses produites, la compétition entre pays riches est déjà forte. C'est d'ailleurs ce qui créé le problème aujourd'hui.

Alors que faire ? Augmenter les subventions ?

Ce n'est pas le sens de la réforme de la PAC. Afin d'évaluer les politiques en place et d'anticiper les évolutions à l'horizon 2013 (fin du financement actuel garanti), un premier état des lieux publié fin novembre 2007 suggère de rendre l'agriculture européenne plus « compétitive » et respectueuse de l'environnement, passant entre autres par une baisse des subventions liées à la production et une plus grande aide au développement rural.

L'Europe doit-elle revoir sa réforme de la PAC, et mettre en place un dispositif plus efficace de garantie des prix ? Ou doit-on favoriser un développement plus durable contre le productivisme et le protectionnisme qui aura de toute façon des conséquences néfastes sur nos productions ?

Commentaires

  1. Sans connaitre spécialement le sujet : oui. Il faut revoir tout ça.

    Pour le comment, je vais laisser les spécialistes.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai moi aussi du mal à avoir un avis tranché...

    RépondreSupprimer
  3. On a enfin atteins les limites de la PAC. Ca détruit l'agriculture, qui, à terme, ne vit que des aides et subventions face à une dévaluation des prix des matières premières agricoles.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, un système à bout de souffle...

    RépondreSupprimer
  5. Un système profondément inégalitaire, profitant aux gros exploitants... et à une agriculture de type industriel.

    Conséquences, la France ne produit pas suffisamment de produits bio, et les zones montagneuses se désertifient en perdant leurs paysans.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour vos commentaires, j'ai parfois l'impression que ce sont eux qui écrivent la fin de mes billets :€

    RépondreSupprimer
  7. Hello !
    Je te conseille cet article intéressant : http://www.terra-economica.info/Marc-Dufumier-Sortir-les,9976.html

    :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…