Accéder au contenu principal

La PAC doit-elle augmenter ses subventions ?

Une manifestation d'agriculteurs s'organise donc aujourd'hui à Paris pour dénoncer la baisse des cours mondiaux des céréales, notamment du blé, et remettre en avant la suppression des aides Européennes.

Car c'est bien le fond du problème, dans le même temps, cette filière subit une baisse de ses cours alors même qu'elle reçoit moins de subventions Européennes. Un céréalier vend aujourd'hui 90 euros la tonne de blé quand il devrait la vendre 110 pour voir ses comptes en équilibre.

Certains diront que c'est la loi du marché, d'autres penseront qu'un pays d'agriculture comme le notre devrait conserver sa "tradition agricole" , alors même que nous sommes en sous-capacité de répondre aux besoins mondiaux. Alimentons-nous sous perfusion cette filière vaille que vaille ? Je m'interroge et ne sais quoi penser.

Les subventions de la PAC (politique agricole commune)

Il me semble que si l'on doit attendre plus de l'Europe, il faut que celle-ci se réorganise certes politiquement, mais aussi dans son fonctionnement.
La PAC représente 45% des dépenses budgétaires européennes. La France en profite très largement depuis plus de cinquante ans.
Les aides étant proportionnelles aux quantités produites, la France a été la première de l'Europe des six (1951) à tirer avantage de ce dispositif et a orienté au fil des décennies des politiques nationales favorisant le développement des entreprises agricoles pour garder cet avantage du pays recevant le plus ces aides.

Le problème est que ce dispositif ne répond plus au contexte d'aujourd'hui, la mondialisation des marchés a de plus en plus de conséquences sur nos productions locales. La compétition n'a plus lieu entre villages, ni entre pays de notre petite Europe, mais entre continents !
Alors même que les pays du Sud devraient pouvoir se développer et accéder à nos marchés pour une meilleure répartition des richesses produites, la compétition entre pays riches est déjà forte. C'est d'ailleurs ce qui créé le problème aujourd'hui.

Alors que faire ? Augmenter les subventions ?

Ce n'est pas le sens de la réforme de la PAC. Afin d'évaluer les politiques en place et d'anticiper les évolutions à l'horizon 2013 (fin du financement actuel garanti), un premier état des lieux publié fin novembre 2007 suggère de rendre l'agriculture européenne plus « compétitive » et respectueuse de l'environnement, passant entre autres par une baisse des subventions liées à la production et une plus grande aide au développement rural.

L'Europe doit-elle revoir sa réforme de la PAC, et mettre en place un dispositif plus efficace de garantie des prix ? Ou doit-on favoriser un développement plus durable contre le productivisme et le protectionnisme qui aura de toute façon des conséquences néfastes sur nos productions ?

Commentaires

  1. Sans connaitre spécialement le sujet : oui. Il faut revoir tout ça.

    Pour le comment, je vais laisser les spécialistes.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai moi aussi du mal à avoir un avis tranché...

    RépondreSupprimer
  3. On a enfin atteins les limites de la PAC. Ca détruit l'agriculture, qui, à terme, ne vit que des aides et subventions face à une dévaluation des prix des matières premières agricoles.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, un système à bout de souffle...

    RépondreSupprimer
  5. Un système profondément inégalitaire, profitant aux gros exploitants... et à une agriculture de type industriel.

    Conséquences, la France ne produit pas suffisamment de produits bio, et les zones montagneuses se désertifient en perdant leurs paysans.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour vos commentaires, j'ai parfois l'impression que ce sont eux qui écrivent la fin de mes billets :€

    RépondreSupprimer
  7. Hello !
    Je te conseille cet article intéressant : http://www.terra-economica.info/Marc-Dufumier-Sortir-les,9976.html

    :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…