Ce que le Gouvernement vous cache sur les retraites

Le titre de mon billet est celui d'un papier que j'ai reçu de l'union départementale de la CGT de chez moi. Les quelques chiffres qui y figurent montrent bien qu'une autre façon d'appréhender le financement de notre régime de retraite est possible.

En quelques chiffres :

- Les exonérations de cotisations sociales accordées aux entreprises représentent 32 milliards d'euros dont 10 milliards pour le système des retraites

- Pérenniser les retraites, c'est 6% du PIB à trouver ; le profit des entreprises c'est 40%

- Le PIB de la France est de 1500 milliards d'euros en 2005 et doit doubler d'ici à 2040 soit 3000 milliards. Dans ce PIB, 40% représentent les profits des entreprises soit 600 milliards actuellement et 1200 milliards en 2050. Ne peut-on pas prendre 100 milliards aux actionnaires ?

- Taxer les stocks-options, les retraites chapeau, la participation et l'intéressement, c'est 10 milliards pour la protection sociale dont 4 milliards pour les retraites.

- Aujourd'hui, 20% des moins de 35 ans sont au chômage et les entreprises licencient les salariés de plus de 56 ans. Pourquoi faire travailler les gens après 60 ans ? Donnons du travail aux jeunes. Réduire le chômage et pérenniser notre système de retraite, c'est possible ! Ce doit être une volonté politique !

- 56% des Français sont contre l'allongement de la durée de cotisations et 60% des Français rejettent un recul de l'âge de la retraite. Maintenons le droit à la retraite à 60 ans en prenant en compte la pénibilité dans certains métiers pour permettre aux salariés exposés de partir à 55 ans.

- les niches fiscales de tout ordre y compris celles du bouclier fiscal de Sarkozy représentent un manque à gagner pour l'état de 70 milliards d'euros ! Ne peut on pas corriger cette inégalité et en consacrer une partie pour pérenniser notre système de retraite ?

- l'âge idéal du départ à la retraite doit être maintenu à 60 ans, à taux plein avec un minimum de 75% de revenu à la cessation d'activité. Avec prise en compte des années d'études supérieures dans le calcul des trimestres cotisés. Avec un minimum garanti pour tous à 75 % d'un smic à 1600 euros brut

-Ce qui menace les retraites, ce n'est pas l'allongement de l'espérance de vie, mais le niveau de chômage ! (notamment chez les jeunes) et la précarité dans l'emploi (notamment chez les femmes).

Pour toutes ces raisons, pour porter ces revendications, dans un cadre unitaire, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, appellent les salariés, les retraités, les jeunes et les privés d'emploi à une journée nationale de grèves et d'actions pour le jeudi 27 mai 2010 pour interpeller ensemble les pouvoirs publics, tous les employeurs et peser sur les choix à venir.

Ne nous trompons pas, même si le gouvernement a pris l'habitude de passer en force sur bien des sujets, cette nouvelle réforme ne doit pas se faire dans le dos des Français et représente un enjeu majeur dans la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

C'est à chacun d'entre nous de porter un niveau élevé de revendication pour faire que cette réforme soit la plus juste.

Commentaires

  1. ah zut, on a publié en même temps du coup je vais mettre à jour mon billet ;)

    RépondreSupprimer
  2. Très bon billet au demeurant ^^

    RépondreSupprimer
  3. Retraites : mettre fin aux faux débats !

    Nous ne devons pas céder au chantage injuste à la dette !

    1)La dette de la France est injuste, elle n'est pas le résultat de trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites... Mais elle est bien le résultat de la destruction de l'économie physique, et le pillage des établissements bancaires avec de lourds intérêts composés sur la dette depuis la fin du crédit public productif de la Banque de France. La loi Giscard Pompidou du 3 janvier 1973 puis le traité de Maastrich interdit au gouvernement d'émettre de la monnaie et oblige de fait de s'endetter avec des taux d'intérêt aux banques privés !

    Chaque jour nous subissons un bourrage de crane qui appelle les citoyens au bon sens avec de mensonges patentés, comment garder une retraite à taux plein si la population vieillie etc etc !

    Nous devons sortir de la mentalité monétaire, la mentalité calculette, c'est bien la peine de faire de si grande étude pour apprendre à faire des divisions. Nous devons apprendre les principes de l'économie physique.

    1)Une économie à taux plein d'emploi sans chômage ! Et oui c'est minimum avant de parler de rallonger le temps de travail !
    2)Un retour à l'économie productive, et non une économie de financier et de commerce ! Une économie productive peut permettre de redistribuer les vrais fruits de la croissance physique. L'argent n'est pas un richesse, personne ne vit en mangeant des billets.

    Ceci suppose de sortir de la logique de pillage de notre système actuelle.

    La force publique et nos responsables politiques doivent reprendre la main sur les intérêts financiers, nous devons remettre en place la loi Glass Steagall à la Française afin de séparer les banques par activités. Les banques de dépôts séparer des banques d'affaire et des compagnie d'assurance afin de remettre les banques à leurs place, travailler pour faire vivre l'économie physique et non jouer l'argent dans la spéculation et les casinos financiers.

    Citoyens, nous devons nous organiser pour mettre en place une alternative. Vous voulez vous battre pour connaître les agissements des intérêts bancaires et financiers alors rejoins moi sur facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

    David CABAS
    http://www.davidcabas.fr

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr qu'il y a d'autres façons d'autres façons d'appréhender les choses que la propagande libérale à ce sujet .

    http://www.legrandsoir.info/article5778.html...


    mais çà :


    "une journée nationale de grèves et d'actions pour le jeudi 27 mai 2010 pour interpeller ensemble les pouvoirs publics, tous les employeurs et peser sur les choix à venir. "

    .... comme réponse , de la part de nos syndicats si convaincus , c'est un peu léger , pour ne pas dire du foutage de gueule ! croient ils encore qu'une journée d'action de plus , va faire infléchir le pouvoir ? .. Ils ne savent donc plus que proposer ces processions d'un jour dont tout le monde se fout ? ... Qui démobilisent ! qui lassent ? ...

    putain les états majors syndicaux , pour une fois , faites voir que vous en avez ... des c...! sortez donc de votre monotonie ! ...qui lasse qui lasse , qui démobilise ! avec vos journées à la con ! stériles ! qui ne servent à rien !

    gréve générale illimitée ! ....

    luttes fraternelles.

    RépondreSupprimer
  5. Salut Joel,

    Il faut prendre la température, apparemment et puisque tout le monde se foutait bien de défendre les intérêts des personnels de l'éducation nationale par exemple, beaucoup travailleront ce 27 mai.

    Notre capacité à mobiliser est remise en cause.

    Je crois que la bataille sur les retraites n'aura lieu qu'en Septembre, après les congés. Avec l'annonce du projet de réforme à la mi-juin, ils auront su planifier leurs annonces...

    A nous d'être fort lors de l'examen du texte en Septembre. La rentrée risque d'être chaude !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !