Accéder au contenu principal

Et qui prête au FMI ?

Après la Grèce , l'Espagne pourrait subir une nouvelle dégradation de la note de sa dette, ce qui inquiéterait les marchés financiers, et pourrait avoir pour conséquence une nouvelle chute de la bourse (c'est déjà en cours) et une nouvelle dévaluation de l'Euro. Ce pays aurait donc recours lui aussi au FMI.

Voilà comment sont présentées les choses. Parce que les journalistes se font les relais de la bonne parole de nos économistes en herbe, qui, découvrant des conséquences de crise jamais connues jusqu'alors, improvisent des solutions de sauvetage à coup de milliards d'euros.
Après la Grèce, c'est donc l'Espagne qui d'après une rumeur persistante aurait besoin de 280 Milliards de d'euros.

Et là de m'interroger sur les sources de financement du FMI : comment fonctionne cette institution ?
C'est assez simple à comprendre. Il y a en fait une souscription dont s'acquitte les pays membres du FMI, et qui représente la principale source de financement en temps normal.
Puis il y a ces AGE (accords généraux d'emprunt) qui sont des emprunts faits par le FMI à onze pays membres dont voici la liste.

Enfin, puisque les crédits ne sont pas suffisants pour couvrir les dépenses des pays endettés faisant appel au FMI, sont créés en 1998 les NAE (nouveaux accords d'emprunt).
Ce sont des emprunts faits à 26 membres dont voici la liste.

Vous pouvez constater que les AGE +NAE ne suffisent pas à couvrir les besoins engendrés par la crise. C'est pour cela qu'un accord bilatéral passé avec le Japon a vu le jour l'année dernière en Janvier 2009 pour faire face aux éventuelles conséquences financières de la crise. Ce sont donc 100 milliards d'euros que le FMI a emprunté au Japon.

Voyez l'Espagne, elle prête 665 millions au FMI, et aurait besoin si cela se confirme de 280 milliards d'euros quand le FMI est à peine capable d'en rassembler la moitié...

Nous nous sommes tellement habitué à la "loi des grands nombres" que nous ne nous rendons même plus compte que nous sommes arrivés au point de non-retour. Des pays endettés empruntent encore pour sauver des pays plus endettés qu'eux. Les institutions qui pourraient garantir un sauvetage du système n'ont plus de crédit. Nous évoluons dans un système financiarisé à bout de souffle.

La boucle est bouclée ! Sommes nous à la veille d'un déclin annoncé ? En tout cas c'est pour éviter la grande banqueroute généralisée que nos dirigeants justifient la rigueur imposée aux peuples des pays concernés. Ont-ils raison de vouloir sauver un système qui est la cause de cette chienlit ?

Commentaires

  1. Dépôt de bilan général ! A la limite, c'est presque drôle à imaginer...

    RépondreSupprimer
  2. Hé qui sait ? Peut être que nous ne serions pas si malheureux...

    RépondreSupprimer
  3. Mais qui sont les détenteurs de ces fonds d'emprunts qui servent à emprunter ?
    Les banquiers ?

    Quel est l'impact, la part des pourecntages d'intérêts dans ces sommes qui tournent en rond ,
    Ce sont des vraiment des questions, je n'arrive pas à comprendre.
    Tout cela me paraît bien virtuel.

    Toute valeur financière correspond à une "somme" de travail, non ?

    Patrice Hénin

    RépondreSupprimer
  4. La seule chose qui n'est pas virtuelle est la parole de nos dirigeants qui nous culpabilisent à 200°/° sur la dette dont nous ne sommes que très petitement responsables.
    Ce sont nos dirigeants qui jouent avec des chiffres et plus c'est virtuel, plus c'est mystérieux et plus c'est mystérieux et plus celui qui n'est pas dans les arcanes de ce "pouvoir-là" gobe.
    A tel point que l'on entend partout parler de la dette.

    Mais cette dette, jusqu'où existe t'elle?
    qu'est ce que la "dette". Elle vient toujours bien à point pour rappeler au bon peuple son devoir et toujours à ceux qui en profitent, leur droits et leur prérogatives sous couverts de responsabilités dont ils s'habillent avec beaucoup de gravité. Et hop, le tour est joué.

    ça me rappelle le Monsieur Cramoisi du "Petit Prince".

    Celui qui compte les étoiles, les codifie et les inscris sur un grand livre de compte..

    La bonne blague...

    RépondreSupprimer
  5. Il y a aussi Israel qui prête au FMI... On voit souvent des infos à ce sujet sur google actualité!

    RépondreSupprimer
  6. Votre blog est très bien informé là je me demandais souvent d'ou sort l'argent du FMI et des autres banques mondiales. Pour le FMI il fallait le trouver et dommage que vous n'avez pas le lien Facebook car je mettrais bien vos informations de premièrs ordres. Je vais finir par en faire tout le tour, car il y a bien des choses. Bravo en tout cas !

    Elihannah

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…