Accéder au contenu principal

Et qui prête au FMI ?

Après la Grèce , l'Espagne pourrait subir une nouvelle dégradation de la note de sa dette, ce qui inquiéterait les marchés financiers, et pourrait avoir pour conséquence une nouvelle chute de la bourse (c'est déjà en cours) et une nouvelle dévaluation de l'Euro. Ce pays aurait donc recours lui aussi au FMI.

Voilà comment sont présentées les choses. Parce que les journalistes se font les relais de la bonne parole de nos économistes en herbe, qui, découvrant des conséquences de crise jamais connues jusqu'alors, improvisent des solutions de sauvetage à coup de milliards d'euros.
Après la Grèce, c'est donc l'Espagne qui d'après une rumeur persistante aurait besoin de 280 Milliards de d'euros.

Et là de m'interroger sur les sources de financement du FMI : comment fonctionne cette institution ?
C'est assez simple à comprendre. Il y a en fait une souscription dont s'acquitte les pays membres du FMI, et qui représente la principale source de financement en temps normal.
Puis il y a ces AGE (accords généraux d'emprunt) qui sont des emprunts faits par le FMI à onze pays membres dont voici la liste.

Enfin, puisque les crédits ne sont pas suffisants pour couvrir les dépenses des pays endettés faisant appel au FMI, sont créés en 1998 les NAE (nouveaux accords d'emprunt).
Ce sont des emprunts faits à 26 membres dont voici la liste.

Vous pouvez constater que les AGE +NAE ne suffisent pas à couvrir les besoins engendrés par la crise. C'est pour cela qu'un accord bilatéral passé avec le Japon a vu le jour l'année dernière en Janvier 2009 pour faire face aux éventuelles conséquences financières de la crise. Ce sont donc 100 milliards d'euros que le FMI a emprunté au Japon.

Voyez l'Espagne, elle prête 665 millions au FMI, et aurait besoin si cela se confirme de 280 milliards d'euros quand le FMI est à peine capable d'en rassembler la moitié...

Nous nous sommes tellement habitué à la "loi des grands nombres" que nous ne nous rendons même plus compte que nous sommes arrivés au point de non-retour. Des pays endettés empruntent encore pour sauver des pays plus endettés qu'eux. Les institutions qui pourraient garantir un sauvetage du système n'ont plus de crédit. Nous évoluons dans un système financiarisé à bout de souffle.

La boucle est bouclée ! Sommes nous à la veille d'un déclin annoncé ? En tout cas c'est pour éviter la grande banqueroute généralisée que nos dirigeants justifient la rigueur imposée aux peuples des pays concernés. Ont-ils raison de vouloir sauver un système qui est la cause de cette chienlit ?

Commentaires

  1. Dépôt de bilan général ! A la limite, c'est presque drôle à imaginer...

    RépondreSupprimer
  2. Hé qui sait ? Peut être que nous ne serions pas si malheureux...

    RépondreSupprimer
  3. Mais qui sont les détenteurs de ces fonds d'emprunts qui servent à emprunter ?
    Les banquiers ?

    Quel est l'impact, la part des pourecntages d'intérêts dans ces sommes qui tournent en rond ,
    Ce sont des vraiment des questions, je n'arrive pas à comprendre.
    Tout cela me paraît bien virtuel.

    Toute valeur financière correspond à une "somme" de travail, non ?

    Patrice Hénin

    RépondreSupprimer
  4. La seule chose qui n'est pas virtuelle est la parole de nos dirigeants qui nous culpabilisent à 200°/° sur la dette dont nous ne sommes que très petitement responsables.
    Ce sont nos dirigeants qui jouent avec des chiffres et plus c'est virtuel, plus c'est mystérieux et plus c'est mystérieux et plus celui qui n'est pas dans les arcanes de ce "pouvoir-là" gobe.
    A tel point que l'on entend partout parler de la dette.

    Mais cette dette, jusqu'où existe t'elle?
    qu'est ce que la "dette". Elle vient toujours bien à point pour rappeler au bon peuple son devoir et toujours à ceux qui en profitent, leur droits et leur prérogatives sous couverts de responsabilités dont ils s'habillent avec beaucoup de gravité. Et hop, le tour est joué.

    ça me rappelle le Monsieur Cramoisi du "Petit Prince".

    Celui qui compte les étoiles, les codifie et les inscris sur un grand livre de compte..

    La bonne blague...

    RépondreSupprimer
  5. Il y a aussi Israel qui prête au FMI... On voit souvent des infos à ce sujet sur google actualité!

    RépondreSupprimer
  6. Votre blog est très bien informé là je me demandais souvent d'ou sort l'argent du FMI et des autres banques mondiales. Pour le FMI il fallait le trouver et dommage que vous n'avez pas le lien Facebook car je mettrais bien vos informations de premièrs ordres. Je vais finir par en faire tout le tour, car il y a bien des choses. Bravo en tout cas !

    Elihannah

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…