Accéder au contenu principal

Journée de solidarité, la sanctuarisation des fonds a vécu

Depuis 2005, nous devons une journée de travail au titre de la solidarité nationale à nos ainés et concitoyens pour financer la dépendance des personnes âgées et handicapées. D'abord fixée le lundi de Pentecôte, la journée peut désormais être positionnée au choix, un autre jour de l'année. Mais comme pour la vignette automobile d'antan, les fonds récoltés ne sont plus attribués intégralement à ce dispositif.

Cette mesure mise en place par l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin permet chaque année de récolter quelques 2 milliards d'euros. C'est la député socialiste Laurence Dumont (elle préside la mission d' sur l'utilisation de l'argent récolté par la journée de solidarité) qui apporte des précisions sur ce qu'elle appelle des "réaffectations" pour ne pas polémiquer sur ce qui pourrait être interprété comme des détournements (Raffarin parlait alors de sanctuariser les fonds)
Ce sont donc "150 millions d'euros d'excédents qui ont servi à colmater le trou de la Sécurité sociale"

Pas de quoi fouetter un chat ! Sauf que, ce qui apparait comme étant beaucoup plus problématique pour les élus de terrain, c'est qu'il remonte une grande difficulté pour les conseils généraux à répondre à la charge financière de l'APA (aide aux personnes âgées).

Encore une preuve d'une décentralisation mal gérée par Paris, c'est pourtant le même premier ministre d'alors, J-P.Raffarin, qui a porté ces deux projets d'une plus grande décentralisation des moyens de l'état, et de cette journée de solidarité.

On comprend mieux pourquoi les régions majoritairement socialistes se plaignent des dysfonctionnements des transferts budgétaires de l'état aux régions.

Commentaires

  1. Salut,

    Comme la vignette , il fallait s'y attendre ! Encore une belle raffarinade ! C'est là qu'on voit le peu de sérieux de nos politiques , qui sous pretexte de "solidarité" pratiquent le détournement de fonds !

    Et tous , se sont laissés entuber par cette imposture ...qui aujourd'hui part en queue de poisson . qui travaille aujourd'hui , les caissiéres des hypermarchés à temps partiel pour la plupart ...

    Sur le principe , jamais les syndicats n'auraient dû accepter celà . Le travail non payé ! et on parle d'une seconde journée !

    Quand je pense que mai 68 a débuté à cause d'un incident mineur ! ..et que je compare les enjeux , Raffarin et sa clique méritaient à l'époque une gréve générale illimitée !

    Décidément , les générations se suivent mais ne se ressemblent pas .

    luttes fraternelles.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Joel,

    Oui je suis d'accord, sur le principe nous n'aurions pas dû accepter cela.

    Pour beaucoup, cette journée de solidarité n'est même pas travaillé mais retirée des congés payés ou des modulation Rtt.

    Une dérive de plus...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…