Accéder au contenu principal

La retraite à 60 ans, une exigence majeure !

Première brèche dans le bouclier fiscal, le projet de réforme des retraites envisagerait donc de taxer les hauts revenus. Cette piste est évoquée car le déséquilibre du financement des pensions est tel que le gouvernement ne pouvait faire autrement que d'admettre qu'il faille dégager de nouvelles ressources pour pérenniser notre système des retraites. Il va falloir maintenant concrétiser cela, et ne pas fléchir sur le droit à la retraite à 60 ans !

Première attente, les français sont très attachés à la retraite à 60 ans, les conditions de travail n'étant pas égalitaires selon les professions exercées, c'est le volet accompagnement de l'emploi des séniors et la pénibilité au travail qui est la question de fond.
Pour adhérer à ce qui resterait le point majeur de la réforme, c'est à dire cotiser plus, c'est une politique d'intéressement qu'il va falloir mettre en œuvre.

Quand les gens se sentent bien dans leur activité, ils envisagent plus facilement de poursuivre le travail au delà de 60 ans, en revanche quand les salariés ne se sentent pas assez valorisés et que la pénibilité de leur travail n'est pas prise en compte, l'envie de partir vite est plus fréquente (notamment dans le milieu ouvrier où certains métiers sont très pénibles)

L'emploi des séniors : La France connaît l'un des plus faibles taux d’emploi des salariés âgés de 55-64 ans (37,9%), soit 9 points de moins que la moyenne en Europe.
Il faudrait déjà commencer à penser comment améliorer l'emploi des seniors de manière qu’il y ait la possibilité de travailler au moins jusqu'à 60 ans.

C'est pour cela qu'il est légitime de défendre la retraite à 60 ans, l'âge légal pour travailler étant 16 ans parfois même 14, les métiers permettant de travailler à ces âges n'étant pas les plus valorisants et souvent les plus pénibles, il est juste de défendre cet acquis social qui permet aux plus précaires de faire valoir leur droit comme tout Français, d'une manière égalitaire.

Sous réserve de justifier des durées d'assurance selon son âge de départ :

- l'assuré qui a commencé son activité avant 16 ans peut obtenir sa pension à partir de 56 ans,
- l'assuré qui a commencé son activité avant 17 ans peut obtenir sa pension à partir de 59 ans.
Honnêtement, pour ces populations, est-il raisonnable et n'est-ce pas indécent d'imaginer qu'ayant commencé à travailler si jeunes et après avoir cotisé durant 44 ans, que ces gens puissent faire valoir leur droit à avoir une retraite à taux plein à 60 ans ?

Ils en parlent aussi.

Commentaires

  1. "Première brèche dans le bouclier fiscal, le projet de réforme des retraites envisagerait donc de taxer les hauts revenus." J'ai vu quelque part que ça allait rapporter 2 milliards. Donc rien.

    Bon je lis la suite, je vais essayer de ne pas commenter chaque phrase !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai loupé cela alors, j'ai lu partout que c'était juste une idée lancée sans précisions... Si c'est 2 milliards/an ça sera déjà pas si mal...

    RépondreSupprimer
  3. Tout cela est vraiment épuisant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…