Accéder au contenu principal

Sanctionnons les spéculateurs !

"Que ce soit des banques françaises, que ce soit des banques étrangères qui opèrent à Paris, que ce soit des fonds à Paris, à Berlin, à Londres, peu m'importe, dès que j'aurai, par tous moyens, des comportements de marché anormaux, il y aura enquête et sanctions."

C'est le président du gendarme boursier (AMF), Jean-Pierre Jouyet, qui tenait ces propos et il était temps ! Rendez vous compte de la situation, c'est un comble, l'Europe est soumise à la spéculation des marchés financiers, un an après avoir été soutenue par elle à coups de milliards.

Après la Grèce, nous avons eu cette semaine des attaques spéculatives sur les notes attribuées à la capacité de remboursement de l'Espagne, du Portugal et de l'Italie. Le but, augmenter les taux d'intérêts des emprunts à un moment où ces pays ont recours à ces emprunts.

Presque deux ans après :

Cette situation pouvait-elle être prévue ? Certainement ! Et nos dirigeants se rendent coupables de ne pas avoir pu s'entendre (comme dernièrement lors du G20 à Washington) sur la façon de réformer, de responsabiliser, et de taxer le système financier (bourses, banques, entreprises) pour limiter la spéculation et financer un nouvel outil capable d'absorber de prochaines crises.

Après avoir fait en sorte que le système perdure, l'Europe se bat maintenant contre le système. Nos dirigeants se rendent coupables d'une gestion mal maitrisée des conséquences de la crise. S'ils décident de sanctionner les spéculateurs, ils commenceront à prendre leurs responsabilités.

Commentaires

  1. Si nos dirigeants acceptent de sanctionner les spéculateurs, ils commence à prendre leurs responsabilités..

    C'est bien ce que je pense.
    Pas de sanctions en paroles mais en actes, bien sûr.

    Bonne fin de semaine Steph

    J'aime beaucoup cette nouvelle présentation et la petite maxime d'entrée.
    J'adhère complètement...
    ;)

    RépondreSupprimer
  2. Oui il faut des actes maintenant...

    Merci pour la nouvelle présentation, c'est quand même marrant que l'on ait eu l'idée en même temps :) Bon dimanche Christie.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour
    pour ma part j'adhère pas .questions de gout .je trouve la présentation un peux fade a croire que tu as étais atteint par un virus mais je suis sur que ce n'est qu'un premiers jet et que tu y travail déjà.a part a++++
    (si attaque virale je suis innocent ,lol)

    RépondreSupprimer
  4. Allez, on se fait gonfler les chevilles ?

    Les Grands Esprits se rencontrent toujours..

    Boutade à prendre au second degré, j'ai viré tous les truc wikio.
    Je n'ai plus le temps de jouer pour le moment mais...

    RépondreSupprimer
  5. Kalash,

    Les goûts et les couleurs ne se discutent pas :)

    Christie,

    Gonfler les chevilles ? Mais non c'est la réalité :)

    RépondreSupprimer
  6. Comme tu dis, il était temps, mais c'est sans doute trop tard...

    RépondreSupprimer
  7. Il est temps de prendre des sanctions, mais il ne faudrait pas qu'il y ait que des boucs émissaires, mais aussi des nouvelles règles du jeu. C'est ça qui tarde à venir...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…