Accéder au contenu principal

Y a t-il un intérêt aux blogs politiques ?

Cela fait déjà quelques temps que je constate chez mes amis blogueurs une certaine remise en question concernant le devenir de leur occupation quotidienne sur le web. On parle d'assèchement de la blogosphère, de la mort des blogs, tout cela est-il vraiment justifié ?

Lassitude pour les uns, constat d'une baisse de la fréquentation pour d'autres, interrogation sur l'influence du blog en général, ces questions nous nous les posons, et bien souvent depuis les premiers jours d'existence de ce qui reste qu'une simple page personnelle sur le net.

C'est le dernier billet de Nicolas, sur Partageons l'addiction, qui m'a décidé à parler moi aussi de ce phénomène de remise en question qui semble se généraliser, parce qu'il y fait référence à "l'intérêt" du blog politique.

Y-a-t-il un réel intérêt à ces blogs politiques ? Et pour qui ?

Alors effectivement la visibilité d'un blog est très relative au flot d'informations auquel nous sommes soumis de par la presse dominante. Les médias se sont multipliés et un blog est rarement lu par un grand nombre de personnes (quand on a mille personnes par jour, c'est déjà énorme).
Nous écrivons tous de bons et de moins bons billets ; si le commentaire d'un lecteur précise que vous avez écrit un bon billet, voire qu'il a appris quelque chose en vous lisant, c'est qu'il y a un intérêt pour votre lecteur. Mais ce n'est pas tout, le "taulier"d'un blog trouve aussi son intérêt dans l'écriture de ses billets, il fait des recherches, se documente, et lui arrive souvent d'apprendre beaucoup.

Alors oui, il y a un intérêt, voire des intérêts ! Certains blogs politiques se spécialisent, certains écrivent sur leur ville, d'autres exclusivement sur une personnalité ou un parti politique. Se spécialiser permet d'approfondir des sujets qui seraient évoqués dans les grandes lignes sur des blogs politiques plus généralistes. Enfin des communautés se créent en fonction des convictions de chacun, et permettent parfois des débats houleux qui peuvent faire avancer le débat d'idée.

Alors un intérêt ou pas ? Il n'est pas interdit de changer d'avis, c'est même plutôt le signe d'une intelligence certaine ^^

Commentaires

  1. Il y a un intérêt : j'aime ça !

    RépondreSupprimer
  2. Comme Nikos, j'aime ça, cette liberté de dire mon opinion, de faire partager certaines choses...

    RépondreSupprimer
  3. Oui DPP, la liberté de donner son avis, j'aurais pu en parler aussi, partager c'est énorme aussi, je suis d'accord.

    Oui en fait nous aimons ça !

    RépondreSupprimer
  4. L'intérêt pour moi reste le lien affectif avec les uns et les autres.

    Parfois, je ne lis qu'en diagonale parce que j'ai la tête ailleurs et je reviens quand je suis dispo mais c'est toujours avec plaisir que je fais l'effort, quelque soit le sujet.

    RépondreSupprimer
  5. Il y a un intérêt. Il y a un même un intérêt à être lu bien en deçà du chiffre de fréquentation que tu cites. Sans lecteurs, j'aurais eu du mal à continuer à bloguer. Et je n'ai jamais atteint le chiffre de 1000 lecteurs pour le moindre de mes billets... Le plus lu en a totalisé un peu plus de la moitié !

    Qui oserait contester l'intérêt d'écrire une belle lettre d'amour qui ne serait pourtant lue que par une seule personne ? Sans compter que la dite démarche n'implique aucunement d'obtenir un résultat concret quelconque, croyez-en mon expérience...

    RépondreSupprimer
  6. @Christie

    Oui, le blog crée des liens

    mtislav,

    Effectivement j'ai vu large avec mille visite jour ^^
    Exact, l'intérêt n'est pas non plus le volume de visites, mais la qualité des commentaires laissés, des échanges.

    Merci en tout cas pour les votres.

    RépondreSupprimer
  7. A humankind begins scathing his wisdom teeth the earliest without surcease he bites on holiday more than he can chew.

    RépondreSupprimer
  8. To be a adroit lenient being is to from a kind of openness to the world, an cleverness to trusteeship uncertain things beyond your own restrain, that can govern you to be shattered in uncommonly outermost circumstances as which you were not to blame. That says something uncommonly weighty thither the fettle of the righteous compulsion: that it is based on a trust in the fitful and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a weed than like a prize, something somewhat feeble, but whose extremely particular beauty is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer
  9. To be a adroit charitable being is to have a kind of openness to the mankind, an gift to trust uncertain things beyond your own manage, that can front you to be shattered in uncommonly outermost circumstances as which you were not to blame. That says something remarkably outstanding relating to the condition of the honest compulsion: that it is based on a corporation in the unpredictable and on a willingness to be exposed; it's based on being more like a plant than like a sparkler, something fairly fragile, but whose very special handsomeness is inseparable from that fragility.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…