Accéder au contenu principal

Brice Hortefeux est-il un bon ministre de l'intérieur ?

Je ne voulais pas faire de billet sur ce sujet, mes collègues s'en étant chargé. Et puis pour m'éviter des réactions d'amis blogueurs qui pour une fois ne sont pas d'accord avec ma lecture du sujet. Mais c'est à la lecture de cet article que je me dis que l'affaire Hortefeux est révélatrice des manquements de l'état, et qu'on peut donc à partir de cette affaire parler plus généralement de la montée de la violence dans notre société.

D'abord parce que nous n'avions pas besoin d'un ministre de l'intérieur condamné pour injure raciale, mais surtout parce qu'il représente l'échec des politique publiques au sein de son ministère.

C'est donc cette interview de Rachida Dati qui, sur une question en particulier, me laisse à penser qu'elle n'a pas complètement tort, en tout cas sur son constat que citoyens et forces de police se sentent abandonnés . Loin de moi l'idée d'approuver la suggestion de l'ancienne ministre de la Justice qui consiste à laisser à penser que N.Sarkozy était un meilleur ministre de l'intérieur que l'est Brice Hortefeux, mais les méthodes et résultats n'étant pas les mêmes, on peut se demander ce qui a changé.

A la question : "Au moment des régionales, vous aviez demandé au gouvernement un « retour aux fondamentaux ». Avez-vous l’impression d’avoir été entendue?

Mme Dati : Il faut être honnête, sur la sécurité, notamment, il y a un vrai décalage entre le discours et la réalité. Le succès de la politique initiée en 2002 était fondé sur deux éléments. D’une part, un facteur humain, avec un ministre de l’Intérieur qui était en permanence sur le terrain, au côté des victimes, des forces de l’ordre, de l’ensemble de nos compatriotes; d’autre part, un facteur technique, avec une loi d’orientation qui affichait une ambition et une vision pour la sécurité, la même pour tous sur tout le territoire, et qui donnait les moyens efficaces pour y parvenir. Aujourd’hui, une partie des Français, en particulier dans les milieux populaires, se sent abandonnée. Je pense aussi aux forces de sécurité qui ont besoin d’être soutenues par l’opinion publique et valorisées par les responsables politiques. "

2002 semble loin aujourd'hui, mais il ne faut pas oublier ce qui a propulsé le candidat Sarkozy à la Présidentielle de 2007, le thème de l'insécurité. Ne pas oublier de tirer les enseignements et confronter nos politiques à leurs tristes bilans.

Mme Dati a tort de croire que les politiques mises en œuvre en 2002 eurent de bons résultats. Ce ne fût pas le cas, les violences aux personnes ne cessent d’augmenter + 20% entre 2001 et 2006 ! (+ 2,8% en 2009, + 2,4% en 2008).

L'ultra-violence explose, tous les jours nous avons un nouveau fait de violence qui nous saute au visage et nous rappelle ce qu'est devenu notre société. Une société déshumanisée, individualiste, où la cohésion nationale n'est plus.

Alors je ne vais pas me lancer dans une pseudo analyse des raisons de cette montée de la violence, je ne suis pas un expert en sociologie. Mais je reste convaincue que nos politiques peuvent changer les choses, les améliorer ou les aggraver.

Mr Brice Hortefeux est-il un mauvais ministre de l'intérieur ? Rachida Dati ne veut pas répondre à la question ; moi je pense que oui. Parce que dans un contexte de tensions sociales importantes, nos élus doivent être exemplaires, rassembleurs, et s'interdire de mettre de l'huile sur le feu.

Je crois que le retour de la gauche au pouvoir sera salvateur de ce point de vue. Ce qui est criant de vérité est ce besoin à un retour à plus de sérénité dans le discours politique. Les Français ont besoin de se retrouver, de se respecter, pour pouvoir se regarder sans honte. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

Commentaires

  1. C'est sûr qu'en matière de sécurité Sarko a échoué, tout simplement parce qu'elle est boiteuse en ne s'appuyant que sur le volet répressif, et en délaissant la prévention.

    RépondreSupprimer
  2. Echec complet.

    Pour en revenir à Hortefeux, il doit partir pour son échec, des propos racistes, mais surtout pas à cause d'une décision de justice, elle-même probablement contestable.

    RépondreSupprimer
  3. Oui la politique sécuritaire est un échec. Ceci n'empêche pas le gouvernement de continuer dans le même sens.

    Il faut croire que celle-ci est davantage un miroir au alouettes pour son électorat qu'autre chose.

    RépondreSupprimer
  4. Les racistes, même quand il n'y en a qu'un, il y a problème !

    Sarkozy peut-il le conserver dans son gouvernement ? C'est la question-débat vue sur Pnyx.com La vraie question n'est pas "Devrait-il démissionner ?" mais, "Le Président de la République, garant des Institutions, peut-il compromettre l'honneur de celles-ci en conservant en leur sein un Ministre condamné en correctionnelle pour injure raciale ?"

    RépondreSupprimer
  5. Oui, un échec. Comme le dit Christophe les politiques sécuritaires ne sont que miroir aux alouettes, les problèmes persistent parce que les solutions (répressives) ne sont pas en adéquation avec les problématiques.

    Je me souviens de Jospin qui avait la naïveté de penser qu'il suffisait de mettre les "sauvageons" de Chevénement au boulot pour résoudre l'insécurité.

    Je pense que cette période qui succédait déjà à une période répressive avec la création de la BAC de Pasqua fût bien plus paisible, parce que les jeunes étaient mieux considérés. La croissance était là, les emplois jeunes aussi, le contexte n'était pas le même.

    Aujourd'hui, les tensions sociales sont très importantes parce qu'il y a une sorte de désœuvrement qui se généralise avec un manque de perspective d'avenir pour toute une génération.

    C'est pour cela qu'il était judicieux que la Justice rappelle à l'ordre celui qui fait partie de ceux qui doivent consolider une cohésion sociale largement ébranlée.

    RépondreSupprimer
  6. Je réagis avec retard, mais nous sommes d'accord sur le fait qu'Hortefeux met en place une mauvaise politique. Je ne pourrais qu'applaudir sa démission, mais il ne faut pas y compter, hélas.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…