La mobilisation ne fait que commencer

Aujourd'hui est une journée d'importance dans la stratégie d'opposition à la réforme des retraites. Il est important qu'à la poursuite du mouvement en Septembre, on puisse dire qu'en Juin lors de l'annonce du projet gouvernemental, la mobilisation fût majeure.

La suite des négociations pour les syndicats en dépend.

Et Bernard Thibault le sait bien, il a fait une déclaration sur les rédactions des principaux médias qui seraient tentées ce jeudi de reléguer la journée de grèves et de manifestations au rang des faits divers. Le pouvoir médiatique céderait aux pressions. Radios et chaines de télévision publique auraient décommandé des invitations faites au secrétaire général de la CGT.

Parce que malgré une propagande gouvernementale qui s'est installée depuis plusieurs mois, agrémentée de spots TV, d'intox en tout genre, la mobilisation s'annonce d'importance.
Le fond de la réforme étant connu, les inquiétudes se concrétisent. Chacun sait maintenant qu'il travaillera plus, sans gagner plus. Que si un effort national est demandé, il faut qu'il soit équitablement réparti.

Au delà du fond des propositions, il y a la méthode. Agressive, non respectueuse du dialogue social, un débat quasi inexistant, un calendrier planifié autour des vacances d'été, jamais une telle réforme ne s'est faite ainsi, à marche forcée, sans concertation, en tournant le dos aux français.

C'est aussi pour toutes ces raisons que la mobilisation devrait être importante. Si ce pays a autant la culture de la grève, c'est que nos élites politiques en France sont certainement plus arrogantes qu'ailleurs.
On débattrait d'un sujet dont les français ne veulent pas durant des mois sur l'identité nationale, et il faudrait voter une réforme sur les retraites, qui concerne toute une génération, en quelques semaines ?

A nous d'en décider !

La mobilisation contre le projet de réforme des retraites ne fait que commencer.

Commentaires

  1. @stef : va y avoir du sport ! et moi j'aime ça...

    RépondreSupprimer
  2. "Elites"? Vous avez dit "élites politiques"? Sans doute, voulez-vous parler de ces guignols qui gouvernent la France en ce moment?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !