Accéder au contenu principal

"Neptune" coule le Pole emploi

Les agents du Pôle Emploi étaient en grève hier pour dénoncer une réorganisation issue de la fusion de l'ANPE et de l'assedic, jugée inefficace et augmentant les risques psychosociaux.

Premier dysfonctionnement important, la mise en place de l'outil de travail commun aux personnels des deux anciennes entités, le système informatique appelé "Neptune". La direction a dû suspendre mercredi le déploiement de cet outil pour éviter un blocage complet du système.

Commentaires des agents postés sur le forum de discussion interne non officiel :"Neptune, c'est l'horreur !! une galère au quotidien (...)", "C'est dingue de penser qu'on a pu se faire livrer un truc pareil (...)", "Toutes et tous en grève le 8 juin pour enfin se faire entendre et arrêter d'être méprisés".

Comme bien souvent, quand une entreprise a un projet de "mutualisation" des moyens, et qu'on opère des rapprochements de personnels, la charrue est mise avant les bœufs.
On envisage l'articulation de la nouvelle organisation, mais on ne fait pas assez participer les personnels de terrain qui connaissent réellement les problématiques de fonctionnement.
Ici la mise en place du système informatique est structurante dans l'organisation du travail. Si cela ne fonctionne pas, cela augmente la charge de travail, charge qui au Pole emploi avait déjà "explosé" en raison de la hausse du chômage.

Au Pôle Emploi, qui je le rappelle est un service public, on s'est imaginé pouvoir mener cette restructuration comme au sein d'une grande entreprise privée. Mais en voulant reproduire les méthodes, on a reproduit aussi les erreurs.

Dans un contexte d'augmentation du chômage, le Pôle Emploi traitant une hausse de 9.1% des personnes indemnisées par rapport à Avril 2009, les baisses d'effectifs sont incompréhensibles. Pire, le changement de statut d'une partie de ses personnels ne garantit plus la continuité du service dans une même structure.
En mettant en avant une hausse de salaire de 20%, un tiers des effectifs environ ont renoncé à leur statut de droit public. Ils ont donc perdu la garantie de l'emploi et sont donc maintenant soumis aux nouvelles règles de mobilité de leurs contrats de travail, aux décisions arbitraires de mutation et d'évolution de carrière.

La situation est très difficile, l'outil de travail (Neptune) n'est pas efficace, et a donc des conséquences sur la qualité de "service". Les agents du Pôle Emploi se retrouvent seuls face aux "chômeurs" qui eux subissent les conséquences de cette désorganisation.

Ce projet fût la volonté de Nicolas Sarkozy, est-il fier du travail accompli... ?

Commentaires

  1. "Comme bien souvent, quand une entreprise a un projet de "mutualisation" des moyens, et qu'on opère des rapprochements de personnels, la charrue est mise avant les bœufs."
    C'est aussi ce qui se passe dans ma boite, qui n'est pas le Pole Emploi mais qui dessert un service public. Au détriment de la qualité, juste pour faire des économies. Voilà où va le France.

    RépondreSupprimer
  2. Dans la mienne aussi, et je crois que si certaines "mutualisations" sont légitimes, parce qu'il est normal qu'une direction cherche à mieux structurer son outil de travail, il ne faut pas que "la finance" soit le seule but.
    Les intérêts des salariés concernés devraient être maintenus.

    RépondreSupprimer
  3. C'est aussi valable pour l'étranger.
    C'est dans le monde qu'il faut lutter contre toutes ces dérives.
    C'est en harmonisant que l'on peut sans doute arriver à rendre le travail moins stressant.

    En harmonisant vers le haut pas vers le bas...

    RépondreSupprimer
  4. Oui, peut être que l'OIT (organisation internationale de travail) devrait être plus "interventionniste" dans les législations et codes du travail des pays membre de l'ONU...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…