Accéder au contenu principal

Sortir de l'âge du pétrole

On en parle plus ou moins, mais la catastrophe écologique du golfe du Mexique est la pire jamais connue. Nous en parlerons encore longtemps durant des décennies malheureusement, au vu des conséquences majeures sur la faune et la flore. Tirons-nous les enseignements, les leçons de ce désastre ? Cela sert-il au moins à envisager une sortie du tout pétrole ?

Greenpeace a interpellé BP et les entreprises pétrolières réunies hier lors d'un congrès à Londres.

A lire ici.

Ils rappellent aussi que les pays, hommes politiques ont leur part de responsabilités. Les pays dits industrialisés dépensent aujourd’hui environ 100 milliards de dollars chaque année en investissant dans des entreprises des secteurs du pétrole, du gaz et du charbon.
Ces pays doivent réorienter leurs politiques énergétiques de manière plus conséquente et réaffecter ces budgets aux énergies alternatives.

Le secteur automobile enclenche la révolution technologique avec le tout électrique. Chez nous, Renault sort une gamme de voiture électrique de cinq véhicules dans les trois ans, et ce dès 2011.

L'industrie pétrolière doit maintenant reconvertir ses bassins d'emploi ; l'usage du pétrole restera, mais diminuera significativement dans les deux prochaines décennies, cela ne doit pas être l'occasion de rogner les budgets de maintenance des installations.

Le risque écologique doit être leur priorité.

Commentaires

  1. Ahahah!

    Et à quoi tu crois qu'elles vont tourner les voitures électriques?
    Ah oui c'est vrai : nucléaire, charbon & gaz, qu'il va falloir installer par GW pour produire le jus.
    L'électrique fait gagner 30% de consommation par rapport au thermique. Et ce sans compter la fabrication des batteries et les milliards d'argent public qui vont être injectés dans les infrastructures électriques, pour que les constructeurs privés vendent leurs joujous électriques avec 5000€ de bonus gouvernemental.
    De la subvention publique à l'achat de bagnole avec un superbe sticker vert dessus.

    Arnaque.

    RépondreSupprimer
  2. L'arnaque serait de ne rien faire, sortir du tout pétrole est l'enjeu.

    Cela passe obligatoirement par le secteur automobile, le plus gros pollueur en masse...

    RépondreSupprimer
  3. Certes, mais passer à l'électrique ne résoudra rien, ça ne fait que délocaliser le lieu de combustion de l'énergie primaire.

    La solution est dans l'aménagement du territoire, la relocalisation de l'économie, la baisse de la masse, de la puissance et de la vitesse des véhicules, les transports alternatifs.

    Après, électrique ou thermique, c'est blanc bonnet et bonnet blanc.

    Et le passage à l'électrique n'est qu'un prétexte pour vendre encore lus de voiture. Avec l'effet rebond, les 30% de gain seront vite absorbés par l'augmentation de la distance parcourue, le nombre de véhicules ainsi que leurs puissance et masse.

    Vive le train, le car, le vélo, et la bagnole en appoint.
    Stop aux lotissements de néo-ruraux avec 1 voiture par personne en age de conduire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…