Le "mix fiscal" s'attaque au social

C'est l'heure de la ri-lance, mélange de rigueur et de relance, l'assemblée a entériné hier ses orientations budgétaires pour 2011-2013. L'occasion de réduire les dépenses, et ce sont les aides sociales qui en font les frais.

Cela me laisse toujours à penser de premier abord que c'est un raisonnement de bon père de famille que de prévoir quelles seront les dépenses à venir. Mais pour ce qui est des prévisions de l'état, force est de constater que ce ne sont que des souhaits jamais respectés avec des objectifs inatteignables.

Lorsqu'on table sur une croissance de 2.5% en 2011, c'est limite ridicule. Ce gouvernement n'est pas capable de prévoir la croissance sur un trimestre, et prétendrait pouvoir le faire sur un an ?

Non, ces orientations budgétaires n'ont que pour seul but que de réduire idéologiquement le niveau des aides sociales. L'occasion est trop belle, la crise justifiant tout à son passage.

Les services à la personne, l’aide au logement ou encore l’allocation aux adultes handicapés sont les premiers dispositifs à faire l'objet de coupe restrictive. A partir de l’année prochaine, les particuliers, les plus fragiles jusqu'au plus précaires d'entre nous devraient donc voir leur fiscalité alourdie.

L’AAH, l’allocation pour adulte handicapé d'un montant de 696,63 € est inférieure au seuil de pauvreté (703 € en France). Nicolas Sarkozy avait promis une augmentation de 25% de cette aide en 5 ans, elle augmentera de 3% en 2011. Les populations concernées apprécieront.

Si vous avez un enfant qui fait des études, il faudra choisir entre son aide au logement ou la demie part d'enfant à charge pour votre déclaration d'impôt sur le revenu.

L'aide à domicile ou les emplois aidés seront moins subventionnées par l'état. Ce qui ne devrait pas déplaire à Mr Woerth, ancien ministre du budget, encore ministre du travail à ce jour...

Oubliez les grands discours sur la redistribution des richesses produites, sur la taxation du capital, sur un besoin de plus de justice fiscale.

Mais ne vous inquiétez pas si vos revenus sont assez importants, le bouclier fiscal reste inchangé. Le "mix fiscal" change, mais le niveau de fiscalité ne changera pas pour vous.

A lire sur le sujet, le gauchiste Falconhill ^^
Plume de presse, Comment l'UMP organise la faillite de l'État.

Commentaires

  1. Qui plus est si l'enfant a un handicap et veut faire des études?

    On aurait pu en payer des choses avec le remboursement du bouclier fiscal de Mme Bettencourt..

    Ahurissant, purement et simplement ahurissant. Le manque de scrupules de ces gens est révoltant !!

    RépondreSupprimer
  2. "Ce gouvernement n'est pas capable de prévoir la croissance sur un trimestre, et prétendrait pouvoir le faire sur un an ?"

    Ils le font bien sur 40 ans pour les retraites...

    RépondreSupprimer
  3. On peut le dire Christie, ils n'ont vraiment aucun scrupules...

    Oui Nicolas j'ai vu ça aussi sur les retraites... Ils prévoient même l'augmentation du PIB dans ce même laps de temps... Ridicule.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !