Accéder au contenu principal

Le "mix fiscal" s'attaque au social

C'est l'heure de la ri-lance, mélange de rigueur et de relance, l'assemblée a entériné hier ses orientations budgétaires pour 2011-2013. L'occasion de réduire les dépenses, et ce sont les aides sociales qui en font les frais.

Cela me laisse toujours à penser de premier abord que c'est un raisonnement de bon père de famille que de prévoir quelles seront les dépenses à venir. Mais pour ce qui est des prévisions de l'état, force est de constater que ce ne sont que des souhaits jamais respectés avec des objectifs inatteignables.

Lorsqu'on table sur une croissance de 2.5% en 2011, c'est limite ridicule. Ce gouvernement n'est pas capable de prévoir la croissance sur un trimestre, et prétendrait pouvoir le faire sur un an ?

Non, ces orientations budgétaires n'ont que pour seul but que de réduire idéologiquement le niveau des aides sociales. L'occasion est trop belle, la crise justifiant tout à son passage.

Les services à la personne, l’aide au logement ou encore l’allocation aux adultes handicapés sont les premiers dispositifs à faire l'objet de coupe restrictive. A partir de l’année prochaine, les particuliers, les plus fragiles jusqu'au plus précaires d'entre nous devraient donc voir leur fiscalité alourdie.

L’AAH, l’allocation pour adulte handicapé d'un montant de 696,63 € est inférieure au seuil de pauvreté (703 € en France). Nicolas Sarkozy avait promis une augmentation de 25% de cette aide en 5 ans, elle augmentera de 3% en 2011. Les populations concernées apprécieront.

Si vous avez un enfant qui fait des études, il faudra choisir entre son aide au logement ou la demie part d'enfant à charge pour votre déclaration d'impôt sur le revenu.

L'aide à domicile ou les emplois aidés seront moins subventionnées par l'état. Ce qui ne devrait pas déplaire à Mr Woerth, ancien ministre du budget, encore ministre du travail à ce jour...

Oubliez les grands discours sur la redistribution des richesses produites, sur la taxation du capital, sur un besoin de plus de justice fiscale.

Mais ne vous inquiétez pas si vos revenus sont assez importants, le bouclier fiscal reste inchangé. Le "mix fiscal" change, mais le niveau de fiscalité ne changera pas pour vous.

A lire sur le sujet, le gauchiste Falconhill ^^
Plume de presse, Comment l'UMP organise la faillite de l'État.

Commentaires

  1. Qui plus est si l'enfant a un handicap et veut faire des études?

    On aurait pu en payer des choses avec le remboursement du bouclier fiscal de Mme Bettencourt..

    Ahurissant, purement et simplement ahurissant. Le manque de scrupules de ces gens est révoltant !!

    RépondreSupprimer
  2. "Ce gouvernement n'est pas capable de prévoir la croissance sur un trimestre, et prétendrait pouvoir le faire sur un an ?"

    Ils le font bien sur 40 ans pour les retraites...

    RépondreSupprimer
  3. On peut le dire Christie, ils n'ont vraiment aucun scrupules...

    Oui Nicolas j'ai vu ça aussi sur les retraites... Ils prévoient même l'augmentation du PIB dans ce même laps de temps... Ridicule.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…