Accéder au contenu principal

Nicolas Sarkozy vous a t-il convaincu ?

Nicolas Sarkozy s'est adressé à la nation, tentant de se justifier sur la polémique l'impliquant avec Mr Woerth dans l'affaire Bettencourt, alors que l'agence Reuters annonçait en ce début de soirée qu'une perquisition avait eu lieu aux domiciles de Lilianne Bettencourt et de François Banier dans cadre des enquêtes préliminaires pour des soupçons d'évasions fiscales.

Il maintient sa confiance en Eric Woerth. Il défendra la réforme des retraites. Le pauvre, il a subi les mensonges, l'enquête préliminaire montrera qu'il y a calomnie. Encore une fois Nicolas Sarkozy présume des résultats de l'enquête, vive l'indépendance de la Justice !

Il conseille néanmoins à Woerth d'abandonner sa fonction de trésorier à l'UMP, il était temps !

Pour le reste Nicolas Sarkozy a fait du Nicolas Sarokozy ; il a fustigé une fois de plus le passage de l'âge légal de départ à la retraite de 65 à 60 ans, la loi des 35 heures, pour justifier sa réforme des retraites.
En découle l'argumentation classique : il faut garantir les pensions en finançant par la répartition, donc en augmentant la durée du travail.

Plus tard, sur les 100 milliards d'euros d'économie en trois ans, il a le culot d'appeller les présidents des régions socialistes à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux comme il le fait au niveau de l'Etat. Nul doute qu'ils lui répondront...

N.S aura-t-il justifié pourquoi il fait peser l'austérité sur les plus fragiles en choisissant de freiner l'augmentation de l'AAH, allocation adulte handicapé, en dessous du seuil de pauvreté ; pourquoi il préfère réduire l'aide au logement des étudiants tandis qu'il accorde des chèques de 30 millions d'euros, au titre du bouclier fiscal, à Mme Bettencourt. Ses explications n'auront pas convaincu...

Il n'est pas un idéologue, il essaye de dire la vérité, en tout cas la sienne reconnait il, OUF ! Un éclair de lucidité, il admet que c'est sa vérité, et qu'on peut donc ne pas avoir la même analyse.

Après une heure passée à l'écouter, revenant sur l'affaire Bettencourt et sa fiscalité, N.Sarkozy apparait plus populiste que jamais, faisant l'apologie de l'argent, justifiant son agacement des affaires. Un jeu de rôle dans lequel je me demandais s'il convaincrait encore...

Commentaires

  1. correction a signaler: le domicile de LB n'a pas été perquisitionné ! pour le reste, si l on part du principe que chacun detient la vérité, on n'avance pas beaucoup, classique et improductif, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Je suppose qu'il avait du boulot pour convaincre certains qui avait déjà leurs opinions avant. Remarque, c'est normal. Avant que Bertrand ou Royal s'expriment, je sais pour ma part que je serai en désaccord avec eux et que je ne serai pas convaincu...

    (au fait, il a dit quoi ?)

    RépondreSupprimer
  3. Pas de surprise, ni d'annonces, rien que l'on ne sache déjà... Juste l'occasion pour lui d'apparaitre outré sur l'affaire Woerth.
    En cela il n'apas été trés convaincant puisque même si les soupçons d'une intervention de Woert sont levés, reste les lourdes accusations du financemnt occulte du parti UMP pour lequel les accusations sont toujours d'actualité...

    RépondreSupprimer
  4. Pour être convaincu, il aurait déjà fallu que je perde mon temps à l'écouter débiter ses âneries...

    RépondreSupprimer
  5. @ Poison Social :
    Avec une côte de popularité au plus bas et une crédibilité au niveau des pâquerettes, je crois que ce n'est pas cette petite intervention qui changera quoique ce soit...

    RépondreSupprimer
  6. Inutile de l'écouter, il ne me convainc pas depuis 3 ans déjà. Et puis, évidemment, Pujadas n'aura pas posé de questions qui fâchent. Les pauvres passent après. Dans ses théories, Sarkozy ne pense qu'aux classes qu'il fréquente. De plus, personne ne lui a suggéré de faire baisser le chômage des jeunes pour assurer les cotisations Vieillesse?

    RépondreSupprimer
  7. @ Homer :
    Effectivement, dans le bouche de N.S, plus de cotisations c'est nous faire travailler plus longtemps, mais il faudrait déjà que la population active puisse réellement travailler pour cotiser... Là nous n'avons toujours pas de réponse.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai suivi d'un oeil et d'une oreille.
    Sarko et Pujadas avaient l'air pitoyables dans cette minable mise en scène.

    Ils m'ont énervée tous les 2..
    rien n'a été dit sauf que le gouvernement continue la casse sociale pour laquelle les plus riches l'ont élu..
    Punto Final..

    RépondreSupprimer
  9. Par contre, la petite entrevue sur le parterre de l'Elysée plutôt qu'à l'intérieur pour donner l'illusion d'un peu plus d'indépendance de la presse est du plus bel effet comique...
    :D

    RépondreSupprimer
  10. @ Christie,

    Oui une sorte de mise scène avec une mauvaise distribution ^^

    @ Mr Poison,

    J'ai bien aimé le twitt de celui qui se nomme Balladur sur twitter "tiens ils ont enlevé le baby foot dans la cour de l'Élysée"

    @ DPP,

    10 min avant la fin, j'avais presque envie de le faire aussi...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…