Accéder au contenu principal

Sommes-nous toujours en Démocratie ?

Je viens de lire le billet de Nicolas de "Partageons mon avis", il se demande si nous sommes encore en Démocratie. Et il y a de quoi se poser la question.

Il a raison d'appeler à lire les collègues blogueurs, Dagrouik, Vogelsong, Seb Musset, ou Sarkofrance qui parlent d'un entretien fait avec Mme Tessier de l'association Anticor, comprenez association anti-corruption.

Si nous avions déjà des soupçons sur quelques conflits d'intérêts possibles, sur des dérives gouvernementales consistant à mettre en œuvre des politiques clientélistes, si nous alertions sur cette mauvaise habitude prise depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à défendre des intérêts particuliers ou corporatistes, au dépens de l’intérêt général, nous le faisions assez souvent en nous demandant si il n'y avait pas une atteinte à la Démocratie.

Aujourd'hui, dans ce contexte des "affaires" où collusion entre gouvernement et richesses de ce pays se font jour, il est encore plus légitime de se poser la question. Alors on nous répondra qu'il y a bien des pays où il y a des atteintes à la Démocratie plus importantes. On me répondra que je peux encore m'exprimer ici sur le net.

Mais ce n'est pas de cela qu'il est question, la démocratie, c'est le gouvernement du peuple par le peuple ! Représenter la volonté, l'expression des Français, ils le doivent. Et cela fait quelque temps déjà que nos élus ne respectent plus cette définition de base de la Démocratie.

Cette question me parait très importante, car chacun peut y répondre en ayant une approche assez différente. C'est pourquoi j'aimerais savoir ce qu'en pense les un(e)s et les autres dans ce qui pourrait être apparenté comme le début d'une chaine. Merci par avance à Elmone, Homer, Christie, DPP , le coucou et ceux qui souhaiteraient y répondre.

Commentaires

  1. Je crois connaitre par avance la réponse du Coucou...

    RépondreSupprimer
  2. Je crois savoir aussi, mais j'aime bien le voir s'exprimer sur le sujet ^^

    RépondreSupprimer
  3. La question n'est pas "être" ou "ne pas être" en démocratie.

    C'est continu : on est plus ou moins en démocratie.

    Dans le cas présent, on a l'impression que l'aiguille penche vers le bas. Ou bien, on réalise quelle est plus basse que ce que l'on imaginait ...

    RépondreSupprimer
  4. La démocratie:

    C'est devenu un mot poubelle servant à justifier le "moi d'abord" de nos dirigeants.

    RépondreSupprimer
  5. Heu, j'ai répondu hier, sans savoir… Je vais remettre une petite couche…

    RépondreSupprimer
  6. Oui j'ai vu cela, et bien répondu ^^

    RépondreSupprimer
  7. Sur les questions de l'éducation des enfants, des militants féministes peuvent-ils prétendre, comme des intégristes, détenir « La Vérité » et ainsi justifier rien de moins qu’un abus de pouvoir, une discrimination et la diffamation d’une personne qui ne pense pas comme eux ?


    Ne serait-on pas cependant plus dans la justice si les propos reprochés avaient été effectivement tenus et non inventés pour disqualifier la personne avec laquelle on ne partage pas les mêmes visions ?




    Ces militants passionnés qui ne supportent pas que l’on puisse associer le mot « dérive » à féminisme ne devraient-ils pas pourtant se rendre compte qu’ils prêtent le flanc à la critique en faisant de la « théorie du genre » qui n’est en fait qu’un postulat, une idéologie qui devrait s’imposer à tous ?
    Ne devraient-ils pas alors se demander s’ils sont vraiment dans une attitude démocratique quand ils condamnent un conférencier en le calomniant pour l’empêcher de faire son travail dans le cadre de l’aide à la parentalité ?

    N’y a-t-il pas déjà des raisons de parler de dérive ?


    Jean GABARD


    (1) « Le féminisme et ses dérives – Du mâle dominant au père contesté »
    Jean GABARD, Les Editions de Paris,

    Le livre n’est plus disponible en ce moment.
    Il est épuisé et en réédition. Il sortira en librairie le 3 novembre 2011 avec un changement de sous-titre : Ce n’est plus « Le féminisme et ses dérives – Du mâle dominant au père contesté » mais « Le féminisme et ses dérives – Rendre un père à l’enfant-roi ».

    Ces extraits sont visibles dans mon blog


    Jean GABARD
    blogdejeangabard.hautetfort.com
    www.jeangabard.com

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…