Accéder au contenu principal

Sommes-nous toujours en Démocratie ?

Je viens de lire le billet de Nicolas de "Partageons mon avis", il se demande si nous sommes encore en Démocratie. Et il y a de quoi se poser la question.

Il a raison d'appeler à lire les collègues blogueurs, Dagrouik, Vogelsong, Seb Musset, ou Sarkofrance qui parlent d'un entretien fait avec Mme Tessier de l'association Anticor, comprenez association anti-corruption.

Si nous avions déjà des soupçons sur quelques conflits d'intérêts possibles, sur des dérives gouvernementales consistant à mettre en œuvre des politiques clientélistes, si nous alertions sur cette mauvaise habitude prise depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à défendre des intérêts particuliers ou corporatistes, au dépens de l’intérêt général, nous le faisions assez souvent en nous demandant si il n'y avait pas une atteinte à la Démocratie.

Aujourd'hui, dans ce contexte des "affaires" où collusion entre gouvernement et richesses de ce pays se font jour, il est encore plus légitime de se poser la question. Alors on nous répondra qu'il y a bien des pays où il y a des atteintes à la Démocratie plus importantes. On me répondra que je peux encore m'exprimer ici sur le net.

Mais ce n'est pas de cela qu'il est question, la démocratie, c'est le gouvernement du peuple par le peuple ! Représenter la volonté, l'expression des Français, ils le doivent. Et cela fait quelque temps déjà que nos élus ne respectent plus cette définition de base de la Démocratie.

Cette question me parait très importante, car chacun peut y répondre en ayant une approche assez différente. C'est pourquoi j'aimerais savoir ce qu'en pense les un(e)s et les autres dans ce qui pourrait être apparenté comme le début d'une chaine. Merci par avance à Elmone, Homer, Christie, DPP , le coucou et ceux qui souhaiteraient y répondre.

Commentaires

  1. Je crois connaitre par avance la réponse du Coucou...

    RépondreSupprimer
  2. Je crois savoir aussi, mais j'aime bien le voir s'exprimer sur le sujet ^^

    RépondreSupprimer
  3. La question n'est pas "être" ou "ne pas être" en démocratie.

    C'est continu : on est plus ou moins en démocratie.

    Dans le cas présent, on a l'impression que l'aiguille penche vers le bas. Ou bien, on réalise quelle est plus basse que ce que l'on imaginait ...

    RépondreSupprimer
  4. La démocratie:

    C'est devenu un mot poubelle servant à justifier le "moi d'abord" de nos dirigeants.

    RépondreSupprimer
  5. Heu, j'ai répondu hier, sans savoir… Je vais remettre une petite couche…

    RépondreSupprimer
  6. Oui j'ai vu cela, et bien répondu ^^

    RépondreSupprimer
  7. Sur les questions de l'éducation des enfants, des militants féministes peuvent-ils prétendre, comme des intégristes, détenir « La Vérité » et ainsi justifier rien de moins qu’un abus de pouvoir, une discrimination et la diffamation d’une personne qui ne pense pas comme eux ?


    Ne serait-on pas cependant plus dans la justice si les propos reprochés avaient été effectivement tenus et non inventés pour disqualifier la personne avec laquelle on ne partage pas les mêmes visions ?




    Ces militants passionnés qui ne supportent pas que l’on puisse associer le mot « dérive » à féminisme ne devraient-ils pas pourtant se rendre compte qu’ils prêtent le flanc à la critique en faisant de la « théorie du genre » qui n’est en fait qu’un postulat, une idéologie qui devrait s’imposer à tous ?
    Ne devraient-ils pas alors se demander s’ils sont vraiment dans une attitude démocratique quand ils condamnent un conférencier en le calomniant pour l’empêcher de faire son travail dans le cadre de l’aide à la parentalité ?

    N’y a-t-il pas déjà des raisons de parler de dérive ?


    Jean GABARD


    (1) « Le féminisme et ses dérives – Du mâle dominant au père contesté »
    Jean GABARD, Les Editions de Paris,

    Le livre n’est plus disponible en ce moment.
    Il est épuisé et en réédition. Il sortira en librairie le 3 novembre 2011 avec un changement de sous-titre : Ce n’est plus « Le féminisme et ses dérives – Du mâle dominant au père contesté » mais « Le féminisme et ses dérives – Rendre un père à l’enfant-roi ».

    Ces extraits sont visibles dans mon blog


    Jean GABARD
    blogdejeangabard.hautetfort.com
    www.jeangabard.com

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…