Accéder au contenu principal

Envie d'Aubry ?

Si le discours de clôture de Martine Aubry des université d'été du PS était attendu, certains comme Xavier Bertrand n'ont pas patienté pour qualifier "le PS d'une entreprise de démolition permanente". Si Nicolas (le blogueur) a craint que ce discours ne tourne qu'autour de la sécurité, la prestation de Martine Aubry a surtout permis d'en savoir plus sur la stratégie du PS, sorte de préface à la campagne de 2012.

Elle s'est adressée aux Français, rappelant le contexte de tension sociale du moment, elle a insisté sur le fait que les socialistes ont leurs propositions, qu'ils seraient au coté des salariés dans la lutte contre le projet de réforme des retraites gouvernemental pour porter leurs contre-propositions.

Elle a parlé d'un automne difficile, parlant cette fois d'insécurité. Elle a fustigé l'inefficacité de la droite en la matière depuis dix ans. "Personne n'est dupe... le but de tenter de masquer vos propres échecs... Voilà ce que les Français ont compris"

Tu vois Nicolas, elle en a parlé de la sécurité, mais est très vite repartie sur les thèmes sociaux et l'économie. Parlant par exemple de l'assurance privée que la droite voudrait voir se soustraire toujours un peu plus aux prestations de la sécu.

Elle s'est adressée à tous les militants de gauche, pas seulement du PS, "nous avons choisi de défendre l'intérêt général... Dès les jours qui viennent."
Abordant la crise financière qui a aboutit à la crise économique, elle a opposé l'inquiétude des français aux résultats obscènes de ceux qui ont bénéficié de l'aide publique sans contre parties.

Si elle a forcément commenté les turpitudes sécuritaires de la droite, fustigeant l'image abimée de la France, elle a bien rappelé que si le PS dénonçait les politiques de NS, il proposait aussi son projet.

Dénonçant le boulet du bouclier fiscal de la loi TEPA voté six mois avant la crise, elle propose le bouclier social.

Il aura été beaucoup question de 2012. Si il y a une stratégie qui apparait en filigrane dans ce discours , c'est la volonté de faire le bilan des thèmes qui ont élu N.Sarkozy, mais surtout de proposer son projet.

"Nous ne voulons pas d'une victoire par défaut"

Elle veut que la France retrouve une efficacité économique, un véritable projet industriel. Elle évoque un soutien de la sous-traitance, des pôles d'excellence, un soutien à l'innovation et la recherche.

On sent bien que la volonté de proposer est importante, difficile de tout retranscrire dans un discours qui aura déjà duré 1h25. Mais il est question de reconquête de la valeur travail en remettant au centre la progression des carrières, du pacte fiscal présenté par F.Hollande, réformer l'impôt sur les société, sur le revenu, de sa volonté de porter un nouveau modèle social, économique et durable.

Politique nationale, mais aussi politique internationale, elle évoque nos militaires en Afghanistan, et se donne ainsi une stature présidentielle.

Son discours m'a vraiment fait penser à une tribune d'un candidat à la Présidentielle, elle a prévenu : "En 2012, nous serons prêts !"

Elle souhaite que les français se tournent vers le PS, pas par dépit mais par envie. Alors, envie d'Aubry ?

Wikio

Commentaires

  1. Bon discours mais ce ne sont encore que des mots... Quel candidat pour porter quel programme ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui ce n'est encore qu'un discours pavé de bonnes intentions, mais j'ai eu comme l'impression qu'elle répondait à tes deux interrogations... A voir, le chemin est long jusqu'en 2012.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trouvé son discours très bon !

    DPP, désolé mais un discours est assez souvent composé de mots...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…