Accéder au contenu principal

Hommage aux représentants syndicaux

Ce matin, 5h30, je distribuais des tracts appelant à la mobilisation pour demain, quand on m'a dit que, de toute façon, ça ne servait à rien de faire grève, que le projet de réforme passerait en l'état.

Je lui ai répondu que l'Élysée avait annonçé par l'intermédiaire de H.Guaino, que le gouvernement ferait encore des propositions, et qu'en conséquence le projet ne passera pas en l'état , et qu'il ferait mieux de se mobiliser pour obtenir plus !

C'est formidable non ? Près des 3/4 des Français soutiennent la mobilisation du 7 Septembre, mais la résignation est de mise, face à un gouvernement qui fait tout pour ça. Et cela se ressent aussi dans la blogosphère, les titres de nos amis blogueurs sont : Tu fais grève demain ? ou Demain je fais grève et vous, vous faites quoi ?

Aussi, il me semble qu'il va falloir réhabiliter le "Tous ensemble". [Cela passe par une politique à gauche au niveau national de renforcement du droit du travail, plus d'inspecteurs du travail, plus de tribunaux des Prud'hommes (et pas l'inverse)]

Dans mon dernier billet j'abordais certaines raisons qui font que des salariés ne peuvent pas faire grève. J'ai bien précisé qu'il ne fallait pas généraliser mon propos, mais j'ai bien sûr eu pour réponse que tous les salariés n'avaient pas un patron tyrannique ; ailleurs on m'a précisé que nous avions notre bulletin de vote pour changer les choses, ou même que pour peser les syndicats devraient se soucier du taux de participation aux élections Prud'homales...

Alors je dois dire que toutes ces raisons sont justes, si chacun prend sa part de responsabilité !

Les syndicats sont autonomes ; si dans chaque entreprise de plus de 50 salariés, la représentation des syndicats est rendue possible par le code du travail, ceux ci ne sont efficaces que si les salariés s'investissent.

C'est souvent le courage, l'abnégation de quelques-uns qui font qu'un syndicat porte au mieux l'intérêt du collectif.
Ce sont les combats de nos anciens, ayant sacrifié leurs salaires sur l'autel de la dignité qui auront fait nos acquis sociaux. Les défendre aujourd'hui ce n'est pas un droit individuel mais un devoir collectif !

C'est le salarié qui fait le syndicat. J'entends souvent que nous avons les hommes politiques que nous méritons, c'est la même chose avec les syndicats.

Wikio

Commentaires

  1. Balle du 7 sept - "Sans liberté de louer, il n'y a pas de blâme majeur"-

    Que réclame le peuple de France de son Roi de pic ?
    Non qu’il rallonge la durée du travail ou qu’il écourte la durée de vie mais qu’il nous redonne la dure envie de durer …

    Que réclame le peuple de France de son Roi de trèfles ?
    3 ou 4 feuilles blanches pour qu’il puisse y inscrire son rêve sans se soustraire à celui des autres.

    Que réclame le peuple de France de son Roi de carreau ?
    De retrouver sa liberté au carré : celle de planer pour les planeurs et de flâner pour les flâneurs…

    Que réclame le peuple de France de son Roi de cœur ?
    Ni la réforme des retraites, ni le retrait des réformes, mais une vraie mélodie pour ne pas sombrer dans la mélancolie.

    En un mot, mon Roi : de quoi souffre ton peuple ?
    De l’ignorance…De l’insensibilité…De l’indifférence de ceux qui sont censés le représenter.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20du%207%20sept

    RépondreSupprimer
  2. De là à y déposer un accent circonflexe...

    RépondreSupprimer
  3. Globalement d'accord. Nous verrons ce que chacun d'entre nous est prêt à donner : une journée de salaire, une cotisation syndicale, du temps pour manifester, 10 euros pour financer tel ou tel déplacement, etc ...
    Les bloggeurs parlent et écrivent beaucoup. Là ils ont l'occasion d'agir, de s'impliquer au prorata de ce que permet leur situation professionnelle et financière.
    Je constate que lors de manifs le WE, il n'y a pas de patrons tyranniques qui les empêchent de descendre dans la rue. On parle beaucoup de stratégie ou tactique syndicale "inappropriée". Sans doute. Mais l'individualisme dans notre société tue le syndicalisme et fait reculer nos droits.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…