Accéder au contenu principal

La mobilisation augmente contre la retraite sans décote à 67 ans

Avec 40% de manifestants en plus, la mobilisation est réussie.

2.735 millions de manifestants selon la CGT, c'est plus d'un demi million de gens mobilisés en plus, par rapport au 24 juin.

Alors pourquoi une telle mobilisation ? [Je ne vais pas revenir sur certains qui n'hésitent pas à afficher qu'ils se foutent des manifestants au nom de la liberté de ne pas faire grève, et qu'il faudrait se soucier des non-manifestants. Ils ne se rendent pas compte qu'ils jouent contre leur camp. Ils ont bien le droit de penser ce qu'ils veulent ; l'écrire en reprenant les argument d'un Copé par exemple, c'est tout de même un peu limite.]

Non, c'est l'inacceptable qui mobilise. Le saviez vous ? Le débat se focalise sur les 62 ans, âge de départ à la retraite ; mais avec le projet de réforme il est question de travailler jusqu'à 67 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein sans décote.

Aujourd'hui, il est question de cotiser 42 annuités, soit quelques 168 trimestres pour bénéficier d'une pension sans décote.
Il faut pour cela avoir au moins 60 ans, ou travailler jusqu'à 65 ans maximum pour bénéficier de sa retraite sans décote, dans le cas où vous n'auriez pas cotisé le nombre de trimestres nécessaires.

Demain, avec ce projet de réforme, l'âge légal maximum pour exercer une activité de salarié est repoussé à 67 ans !

L'excuse de la décote est avancée, mais c'est surtout la volonté de voir travailler plus longtemps une part toujours plus importante de la population : les poly-pensionnés d'aujourd'hui, autant dire notre génération qui, ayant subi le chômage de masse, aura fait des études plus longues, aura mis plus de temps à rentrer dans la vie active (27 ans en moyenne), aura cotisé dans plusieurs caisses de retraite complémentaire.

Ce n'est pas le seul travers de cette réforme : si ceux qu'on range dans la catégorie des carrières longues pourront partir à 62 ans, ce sera avec une pension à taux plein, mais ils auront travaillé plus pour avoir la même chose qu'aujourd'hui...

Ce projet de réforme ne passe donc pas, simplement parce qu'il est injuste pour tout le monde. C'est pour cela que les organisations syndicales n'en démordent pas, elles ne veulent pas d'une réforme qui toucherait les âges légaux de départ à la retraite.

Le financement des caisses de retraite peut se faire autrement.

(merci à Melcalex pour les photos de sa manif)

Wikio

Commentaires

  1. Parlons-en, de ces longues études qui ne sont même plus qualifiantes, mais servent juste à amortir les chiffres déjà déguisés du chômage !

    RépondreSupprimer
  2. C'est un peu la double peine là...

    RépondreSupprimer
  3. Bien dit. Cette réforme créera de la misère pour sauver les privilèges d'une minorité.

    RépondreSupprimer
  4. bien dit sur la nullité de cette réforme
    Bien dit sur le succes de cette manif .

    Mais parlons du principal, en fonction de ce que nous savons à cette heure précise, :

    Quand passons nous à l'Action , pour faire reculer ce projet qui met à mal les 60 ans ( je suppose que c'est toujours l'objectif n1 )

    RépondreSupprimer
  5. Oui Dpp, les privilèges de certains devraient être mis plus justement à contribution !

    Joel, merci pour tous les commentaires postés ce jour, notamment ceux postés sur "Pas simple de se mettre en arrêt de travail".

    Je dois dire que je suis assez d'accord avec l'ensemble de tes remarques sauf peut être sur celle où tu émets des réserves sur ma tolérance des non-grévistes.

    Je suis comme toi, j'ai beaucoup de regret à constater le manque d'investissement des uns et des autres... Surtout que comme tu le suggères, la plupart ne soupçonne pas les sacrifices de leurs délégués syndicaux... Enfin je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières :)

    Merci à vous deux, a plus.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…