Accéder au contenu principal

La retraite à 60 ans : On va se la conserver !

Nous sommes à la veille d'une nouvelle grande journée de grève contre le projet de recul de l'âge légal à la retraite, et déjà la question se pose de la suite à donner à la mobilisation.

La question d'une grève générale reconductible est sous-jacente puisque nous avons à faire à un gouvernement sourd.
Une chose m'interpelle, pourquoi réclamer une grève reconductible quand si peu sont capables de se mobiliser sur une seule journée ?

Quand seuls 7% de la population sont syndiqués, quand seulement 10% de la population active manifeste sa désapprobation de la réforme, comment imaginer qu'il suffirait de décréter la grève générale reconductible pour qu'elle le soit sur le terrain. C'est très mal connaitre la capacité de mobilisation des salariés.

J'entends ici et là que les syndicats n'ont rien compris, qu'ils nous auraient trahi, que ce qu'il nous faut, c'est une grève générale reconductible.

C'est très mal connaitre le syndicalisme. Si demain, ce sont les salariés qui se mettent en grève d'eux mêmes, nos délégués syndicaux centraux, qui ne sont que de simples représentants des salariés seront d'autant plus forts pour négocier.
Un syndicat, c'est un collectif de salariés, il est autonome, si il n'est pas animé par les salariés qui l'ont constitué il n'y a pas de syndicalisme.

Cela nous renvoie à nous mêmes.

Alors je dois dire que si je suis pour une paralysie de l'économie du pays comme en 1995, où une grève reconductible du 24 Novembre au 15 Décembre avait permis de faire reculer le plan Juppé sur les retraites, je ne souhaite pas que la CGT (j'en suis) appelle à la grève reconductible dès le 24 Septembre. En tout cas pas de suite.

Ce qui est fait, c'est envoyer les signaux que la grève reconductible est possible. Encore une fois elle ne se décrète pas.

C'est tellement facile de dire que ce qu'il faut c'est une grève générale reconductible quand on attend que cela soit les autres qui la fassent (SNCF, La Poste, les services publics, etc...)

Alors la trame est simple, nous avons cette mobilisation du 23, à laquelle suivra certainement une nouvelle journée le 29 Septembre, jour de grève Européen contre les plans de rigueur en Europe. Ce qui serait logique puisque cette réforme est un plan de rigueur.

La volonté est de faire participer également les salariés ne pouvant pas faire grève lors de manifestation le Samedi. D'autres actions devraient être menées pour faire participer les salariés des TPE et PME.

En toile de fond nous aurons des grèves reconductibles dans certaines entreprises, à la SNCF et TOTAL notamment.

Cela fait donc trois types d'actions différents. Ce qui est demandé dans les unions locales et départementales aux syndiqués, c'est de travailler l'unité au sein des entreprises pour mobiliser toujours plus.

Si la grève reconductible se généralise, nous aurons gagné, mais cela dépend de chacun de nous.

Wikio

Commentaires

  1. Toi, tu n'as pas compris mon billet... Les conquêtes sociales se font aussi dans les urnes.

    En outre, je n'ai pas dit, ni, j'espère, sous-entendu : "il faut c'est une grève générale reconductible quand on attend que cela soit les autres qui la fassent".

    RépondreSupprimer
  2. Oui, oui nous l'avions déjà dit ensemble, l'alternative est dans les urnes... Mais nous pouvons dire aussi qu'il est possible de se mettre en capacité d'obtenir une autre réforme.
    Il y a un problème d'interprétation de la stratégie des syndicats, d'autants plus mal comprise chez ceux qui n'ont pas l'habitude d'essayer d'inverser un rapport de force...

    RépondreSupprimer
  3. et n'oubliez pas... Demain, faites entendre votre son de cloche sur les retraites... faites du bruit ! (que vous soyez dans la rue ou au boulot... contraint et forcé) : http://gauchedecombat.wordpress.com/2010/09/21/le-23-septembre-sonnez-le-tocsin/

    RépondreSupprimer
  4. moi non plus je ne suis pas chaud pour une grève reconductible par ces temps de crise ça me parait difficile aux salariés de faire grève trop longtemps

    RépondreSupprimer
  5. La lutte confortable n'existe pas, ça se saurait...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…