Consommateur, consomme et tais toi !

Baisser les prix pour le bien du consommateur est souvent l'argument qui prime lorsqu'il s'agit de justifier des politiques, qui, s'y on si arrête une minute, sont souvent néfastes pour les mêmes consommateurs.

Prenons la mesure de la prime à la casse, voilà une disposition qui a eu pour but de relancer le marché automobile, sous couvert d'un renouvellement du parc auto, supposé vieillissant. Nous avons délibérément déséquilibré le marché de l'occasion.
En permettant aux moins précaires d'entre nous de mettre à la casse des véhicules qui auraient pu être revendus sur le marché de l'occasion, un fossé s'est creusé entre ceux qui roulent aujourd'hui dans des voitures de moins de trois ans et ceux qui n'ont pu renouveler leur auto. Ceux là ont aujourd'hui plus de mal à trouver de bonnes voitures de cinq à dix ans d'âge. Il faut maintenant avoir un certain budget pour acheter une première voiture, fini le temps des voitures à - de 2000 euros en parfait état. Le rapport qualité/prix n'est plus en faveur des petits budgets.

En fait, beaucoup des mesures de N.Sarkozy ne sont pas vraiment du liberalisme économique, mais plutôt des politiques grossières d'assistanat à l'entreprise.

Wikio

Commentaires