Accéder au contenu principal

L'heure n'est pas à la résignation

Après plusieurs semaines de mobilisation et malgré les nombreuses tentatives de manipulation de l'opinion publique pour entériner l'idée que "la page retraite" est tournée, les organisations syndicales restent dans l'action.

Nous continuerons d'agir pour la réduction des inégalités, une véritable reconnaissance de la pénibilité et d'autres alternatives au financement du système de retraite par répartition, mais pas seulement. Si nous faisons bien le constat, que le dialogue social n'a pas été respecté avec ce gouvernement, l'action des syndicats ne s'arrête pas à quelques journées de grèves nationales dans l'année. Il y a par exemple les négociations annuelles obligatoires sur les salaires qui débutent généralement pour certaines entreprises en cette période de fin d'année.

Des accords d'entreprises sont signés ou réaménagés en fonction de l'évolution de la loi sur les retraites, la pénibilité des postes est suivie en CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) avec des ergonomes etc...

Non, tout n'est pas joué ! La mobilisation d'un niveau exceptionnel depuis plusieurs mois a mis en lumière l'insatisfaction des salariés sur ces sujets. Les revendications en matière d'emploi, de salaires, de condition de travail, d'inégalité entre les hommes et les femmes, de fiscalité et partage des richesses devraient être entendues, la fin de non-recevoir de Nicolas Sarkozy sur le dossier des retraites montre bien qu'il nous tourne le dos. Seul les intérêts particuliers l'intéressent. Les français sauront s'en souvenir dans quelques cinq cents jours...

Cette nouvelle journée de mobilisation ce mardi 23 novembre, montre notre souhait de ne pas stopper un mouvement de revendication rendu légitime par l'ampleur de la mobilisation, et dont les enjeux révèlent une réalité qui n'est pas prise en compte par cette réforme.

Wikio

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…