Omerta, blackout sur les retraites

Depuis quelques jours déjà, plus une place dans les lignes éditoriales quant aux actions menées sur les retraites. Certes, elles ont lieu très localement, mais elles démontrent justement une implication encore forte des salariés, des jeunes et moins jeunes dans le mouvement de contestation.

Est-ce le signe d'un journalisme muselé par le pouvoir politique ? Nicolas Sarkozy maitrise t-il si bien la presse écrite, pour que les journalistes de Ouest-France (par exemple) soient obligés de s'insurger contre leur hiérarchie un peu trop pro-Sarkosiste ?

Le saviez-vous ? Le campus de Grenoble, les universités de Pau et Nantes étaient partiellement bloquées ce mardi, la première semaine de novembre sera marquée par de nombreuses grèves dans le secteur aérien, un barrage filtrant a été mis en place au dépôt de carburant Total-Avia de Dijon, ce mercredi 3 Nov un rassemblement aura lieu devant le MEDEF de Paris à midi, blocage de plateforme Auchan, péage gratuit à Toulouse, etc, etc.

Alors pourquoi cette omerta, ce blackout sur le sujet ? On apprend aujourd'hui par le canard enchaîné que N.Sarkozy surveillerait des journalistes.

"Depuis le début de l'année, au moins, dès qu'un journaliste se livre à une enquête gênante pour lui ou pour les siens, Sarkozy demande à Bernard Squarcini, [patron du renseignement français] de s'intéresser à cet effronté. En clair, de le mettre sous surveillance, de recenser ses relations et, surtout, ses informateurs."

Alors on comprend mieux...

Wikio

Commentaires