Accéder au contenu principal

Qu'attendre de la gauche ?

S'il n'y avait pas eu le 21 avril 2002, si les dissensions au sein de la gauche n'étaient pas devenues aussi importantes depuis quelques années, nous pourrions nous dire qu'il y a bien sûr ce scrutin uninominal direct qui devrait faire de la Présidentielle un traditionnel affrontement électoral, gauche-droite. Mais l'incertitude qui plane sur le résultat du premier tour doit obliger la gauche à proposer et convaincre que l'alternance est possible.

Se poser la question est déjà un problème en soit. C'est reconnaitre implicitement que nous ne sommes pas convaincus. Faute de leadership qui s'impose, les idées innovantes se font attendre. N'y a-t-il pas eu depuis 2007 matière à cliver avec la droite ? La crise financière, qui a abouti à une crise économique et budgétaire pour l'état, aurait dû permettre aux forces de gauche de proposer des politiques alternatives en rupture avec les choix faits par N.Sarkozy. Que pouvons nous attendre de la gauche au pouvoir ?

Sur le fond des propositions, je ne doute pas qu'il y ait des différences fortes. Il sera légitime d'opposer une imposition plus "juste" au bouclier fiscal de la droite, pour mieux financer la protection sociale. Le retour à la retraite à 60 ans, une vrai relance par l'emploi des jeunes, une politique des salaires, une taxation plus importante du capital, des stock-options sont les pistes lancées par les socialistes, par la (déjà) candidate E.Joly ou même J.L.Mélenchon

Ségolène Royal a échoué en 2007 avec un programme qu'elle avait du mal à mettre en avant ; on a souvent dit qu'elle n'avait pas été soutenue par l'appareil du parti, alors même qu'elle s'arrangeait d'un programme qui n'était pas le sien. La stratégie du compromis entre quelques idées "personnelles"et celles du parti que la candidate était censée représenter ne fût pas la bonne. Qu'en est-il aujourd'hui, le calendrier des primaires "faussement ouvertes à gauche" permettra t-il de ne pas réitérer les mêmes erreurs au PS ? Rien n'est moins sûr.
L'une des deux nouvelles formations à gauche, de Mélenchon et d'Eva Joly, pourrait se qualifier si les socialistes restaient divisés. Nous pourrions même avoir un second tour sans l'UMP-PS. Et pourquoi pas Eva Joly contre Marine Le Pen ?

[Merci à Rimbus pour l'illustration]

Wikio

Commentaires

  1. Bon billet (même si je ne "souhaite" pas ta conclusion...).

    Peut-être à rapprocher de celui d'Authueil, hier, à propos des primaires au PS.

    RépondreSupprimer
  2. Le problème avec cette élection Présidentielle c'est qu'elle ne se déroule jamais comme on le souhaite...

    RépondreSupprimer
  3. Pas certain que la défaite de Jospin soit uniquement due aux divisions de la gauche plurielle...Jospin a fait bien des erreurs lors de sa dernière année à Matignon.

    Quant à l'avenir, il revient surtout à la gauche de séduire les abstentionnistes..

    RépondreSupprimer
  4. Oui je suis d'accord, c'est donc qu'il y a du boulot !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…