lundi 15 novembre 2010

Sarkozy voulait réduire d'un tiers la pauvreté avant 2012

Une fois terminées les passations de pouvoir entre ministres entrants et sortants, des occasions à de nombreuses félicitations, d'auto-satisfaction et vœux de réussite, il sera peut être temps que ces Messieurs Dames du pouvoir exécutif prennent pleinement leur responsabilité.
Car la réalité les rattrape, parce que la précarité augmente, parce qu'il est honteux qu'un pays produisant autant de richesses produise autant de pauvres, ce gouvernement doit (enfin) se mettre au travail.

Huit millions de Français ont moins de 950 euros/mois pour vivre, sous le seuil de pauvreté, et dépendent de cette situation deux millions d'enfants. Ce seuil de pauvreté défini par l'INSEE est d'ailleurs étonnamment proche du salaire minimum interprofessionnel de croissance SMIC (1050 € nets) censé faire vivre dignement une très grande proportion, toujours plus importante, de salariés rémunérés à des salaires proche de ce minima.

C'est Dominique Versini, défenseur des enfants qui a rendu ce lundi en même temps que son rapport annuel, une analyse et des recommandations sur la précarité et les droits de l'enfant. (pdf ici) .

Il y est dénoncé notamment : "le recul des politiques publiques sur l’accès de tous aux droits de tous, un manque de volonté politique, malgré le vote du droit au logement opposable, sur la construction de logements sociaux dans les régions tendues, enfin, un empilement et un manque de coordination de dispositifs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion associé à un éparpillement des budgets."

Il n'y a donc pas de décence dans les postures politiques. Réduire d'un tiers la pauvreté avant 2012, c'était une promesse de Nicolas Sarkozy. Nous voulons maintenant des faits.

Wikio

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !