Accéder au contenu principal

Sont-ils intouchables ?

Les affaires politico-judiciaires sont rebondissantes. Plus la trame des enquêtes et des révélations se déroule, plus on se rend compte que ce sont souvent les mêmes personnes qui y sont citées, sans jamais être vraiment inquiétées. Et si il y a bien des faits, des délits, des victimes, les acteurs dans ces affaires jouent suffisamment bien leur rôle de soutien, de couverture, pour que la justice ne passe pas ou si peu.

J'avais été étonné d'apprendre la nomination d'Alain Juppé au poste de ministre de la défense. Depuis l'accord de coopération militaire avec les britanniques, il est quand même gênant que ce soit les journalistes anglais qui nous rappellent que le gouvernement français compte désormais parmi les siens un personnage condamné en 2004 à 18 mois de prison avec sursis et à 1 an d'inéligibilité pour financement illégal d'un parti-faits de prise illégale d'intérêts-emplois fictifs. Il était au moment des faits trésorier du RPR.
Il est tout de même cocasse de voir rentrer dans ce nouveau gouvernement quelqu'un qui a été condamné pour le même type de faits aujourd'hui reproché à Mr Woerth, ministre du travail sortant, ancien trésorier de l'UMP...

Il y a un lien (troublant) à faire dans l'actualité judiciaire et politique de la semaine à partir de Mr Juppé : c'est le dépaysement de l'affaire Woerth-Bettencourt annoncé pour la juridiction de Bordeaux.

Pourquoi Bordeaux ? Est-ce parce que la ville accueille l'école nationale de la magistrature ? Certes il y a un pôle économique des affaires qui spécialise cette juridiction, mais comme c'est le cas aussi à Marseille ou Lyon ! En tout cas l'explication d'impartialité ne pourrait nous satisfaire, car cela voudrait dire que l'indépendance de la justice n'est pas la même à Paris. Une sorte d'aveu ?

Troublante réaction de l'avocat de Liliane Bettencourt, Mr Georges Kiejman, qui déclare : "Ce procès ne pouvait pas avoir lieu à Nanterre. L'actuel président de la Cour de cassation est passé par Bordeaux. J'ai moi-même déjà plaidé dans cette ville et j'y ai des amis."

On ne peut pas reprocher aux magistrats, aux avocats, d'avoir des amis. Mais dans les affaires politiques et judiciaires, c'est tout de même particulier. Il y a souvent des collusions dérangeantes, il y a les amis du premier cercle, intimistes, personnels, les amis de longuesdate, et il y a des amis.

Et nos hommes politiques ont eux aussi des amis, qui peuvent devenir des ennemis politiques, l'action politique dérapant, et comme ce fût le cas pour Villepin-Sarkozy, la confrontation passe par le terrain judiciaire pour gagner un combat politique.

Si on romance cela, on peut imaginer que l'affaire Clearstream est une réponse au Karachigate. Si l'on veut s'en convaincre il faut se replonger dans le contexte de forte dissension du RPR lors de l'élection Présidentielle de 1995.
E.Balladur, premier ministre, veut faire campagne contre le Président Chirac. N.Sarkozy se rallie à la candidature de Balladur ; dès lors deux camps s'affrontent.

On a appris cette semaine que l'ancien premier ministre Dominique de Villepin demandait à être entendu comme témoin par le juge Renaud Van Ruymbeke, qui enquête sur un volet financier de l'affaire Karachi.
Il a confirmé l'existence de "très forts soupçons de rétrocommissions" --c'est-à-dire des faits de corruption-- dans deux contrats, dont celui de vente de sous-marins au Pakistan en 1994, rétrocommissions qui auraient pu financer la campagne d'E.Balladur.

Si Mr Villepin se défend d'un règlement de compte, et d'une volonté d'assécher les comptes de campagne de Balladur à l'époque, il répond surtout à un dépôt de plainte contre lui pour homicide involontaire des familles de victimes de l'attentat, une action terroriste qui a couté la vie à 11 ingénieurs et techniciens Français.

Nous ne connaitrons jamais quels sont exactement les tenants et les aboutissants de ces affaires. Sous couvert de protection des intérêts de la France, le secret couve et protège les personnes décisionnaires dans ces affaires. En témoigne le refus de Jean Louis Debré, président du conseil constitutionnel (et proche de Chirac), de transmettre à Renaud Van Ruymbeke les délibérations sur les comptes de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, car elles sont couvertes par le secret pendant 25 ans. (Merci à BA pour ces dernières infos)
Le juge espérait éclaircir avec ce document l'origine de versements en espèces non justifiés de plus de 13 millions de francs.

On voit bien que le cercle des amis est encore assez présent pour verrouiller l'avancement des enquêtes. Il n'y a pas de grande conspiration, mais des petits arrangements entre amis, des postures plus destinées à remporter des combats politiques qu'à faire éclater la vérité.

Sur les mêmes sujets :

De Bettencourt à Karachi, les sales vérités de Nicolas Sarkozy Juan
Alain Juppé, incarnation d'une république en putréfaction Olivier
Fin de semaine au Karachigate le coucou
Scandale Karachi : Villepin confirme, Guéant nie mais les familles de victimes contrent Olivier
185éme semaine de Sarkofrance : le Karachigate remanie l'agenda Sarkozien Juan
Karachigate et affaire Bettencourt : Sarkozy au centre de la nébuleuse Melclalex
Tout ça risque de Karachier... CC
Et si de Villepin confirmait ? Nicolas
Catherine Nay au pays du Karachigate... Dadavidov
Karachigate : "l'affaire ne fait que commencer" Rimbus
L'état irréprochab' Captainhaka
Karachi et la raison d'état Gabale
Un criminel au sein du gouvernement RichardTrois
Karachigate : un résumé Rva
On les appelle "les Karachi" Seb Musset Karachi, on insiste !
[video] Karachi, l'enquête impossible

Wikio

Commentaires

  1. Non, ils ne sont pas intouchables.

    Ils sont juste dans un temps juridique différent des citoyens ordinaires. Pour ces derniers, justice imminente, pour eux le temps de l'oubli et peut-être de la prescription.

    RépondreSupprimer
  2. Une fois le secret défense, une fois l'immunité, il y a bien souvent un cadre qui permet l'exception, une justice de privilégiés donc...

    RépondreSupprimer
  3. Oui j'ai des doutes... Je me demande parfois, si ces gens perpétraient un crime en direct à la télévision, seraient ils inquiété.

    Honnêtement je pense que dans ce système de collusions et de carrières généralisées et entrecroisées, ces gens sont inattaquables .

    Excellent article, Steph !

    RépondreSupprimer
  4. Je le crains. Regarde Pasqua, qui se soucie de son devenir aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  5. Moi, c'est Dadavidov ;-))) [Et merci pour le lien !]

    RépondreSupprimer
  6. Un monde différent, un temps différent... ils ne sont pas intouchables mais on se sent petits face à eux, qui tirent les ficelles du pouvoir.

    RépondreSupprimer
  7. Oui ils tirent les ficelles du pouvoir et en plus ces hommes et femmes politiques sont bien souvent avocats, ce qui devrait être interdit. Encore une faille dans la séparation des pouvoirs, même si l'avocat n'est pas un juge...

    RépondreSupprimer
  8. L'enquête sur Karachi relancée, le gouvernement sous pression.

    Le juge d'instruction antiterroriste Marc Trévidic a écrit lundi au ministre de la Défense, Alain Juppé, qui était Premier ministre entre 1995 et 1997, pour obtenir des documents demandés en vain en mai dernier et relatifs aux commissions convenues lors d'une vente de sous-marins au Pakistan en 1994, a-t-on appris de source judiciaire.

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE6AL08U20101122

    RépondreSupprimer
  9. La piste d'un chantage évoquée à l'Assemblée au sujet de Karachi.

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE6AM0S820101123?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0

    RépondreSupprimer
  10. Invité de Bibliothèque Médicis sur Public Sénat, Valéry Giscard d’Estaing (VGE) s’est exprimé sur le dossier Karachi.

    L’ancien président de la République a affirmé qu’il existait une liste des rétrocommissions protégée par le secret défense. Or, « le secret défense n’a rien à voir avec celles-ci », a-t-il assuré.

    Alors que d’importantes zones d’ombre existent dans le dossier Karachi, Valéry Giscard d’Estaing est lui au moins certain d’une chose : « Il existe une liste des rétrocommissions puisqu’on la protège par le secret-défense. Si elle n’existait pas on n’aurait pas besoin de la protéger », a-t-il expliqué.

    http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/vge-retrocommissions-un-scandale-n-ont-rien-voir-secret-defense-56520

    RépondreSupprimer
  11. Attentat de Karachi : 8 millions d’euros pour l’intermédiaire occulte.

    Selon nos informations, l’Etat a accepté de dédommager en 2009 l’organisateur des rétrocommissions.

    Au nom de l’industrie de l’armement, un haut fonctionnaire de l’Etat Français a conclu, le 24 janvier 2009, un accord avec Jean-Marie Boivin, le financier qui coordonnait le versement de commissions occultes dans le cadre de ventes d’armes, notamment celle des sous-marins au Pakistan.

    Ledit accord prévoit de le dédommager à hauteur de 8 millions d’euros, comme nous l’évoquions ces dernières semaines.

    Au large de l’Irlande et de l’Angleterre, se sont ainsi achevées les curieuses tractations engagées dès 2006 entre Jean-Marie Boivin, gérant de la société offshore Heine, et divers ministres en exercice - dont Michèle Alliot-Marie, Thierry Breton ou Nicolas Sarkozy.

    http://www.liberation.fr/societe/01012304119-karachi-8-millions-pour-l-intermediaire-occulte

    RépondreSupprimer
  12. Karachi : François Léotard pense que l'attentat est dû à l'arrêt du versement des commissions.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/12/03/karachi-francois-leotard-pense-que-l-attentat-est-du-a-l-arret-du-versement-des-commissions_1448419_823448.html

    RépondreSupprimer
  13. @stef : intouchables ? on se le demande... ça dépend où : Ainsi, DSK, en dessous de la ceinture... Bon ok, c'est nul je sors.

    RépondreSupprimer
  14. @ GdeC,

    Non, un petit supplice et quelques exigences permettraient de le recadrer :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…