Accéder au contenu principal

2011 - Le pire scénario

J'écrivais ce matin qu'en 2010, nous avions loupé le train de la reprise économique, mais que nous n'avions pas perdu le chemin de l'endettement. En 2011, cela pourrait se traduire, après un premier semestre faible en inflation, à un début de déflation dans la seconde partie de l'année.

Le pire scénario pourrait être, de l'avis de certains économistes, celui d'une baisse générale des prix sauf des matières premières, des salaires, de l'activité.
Comme le rappelle Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, nous ne sommes pas dans une situation d'inflation au sens propre du terme. «L'inflation signifie qu'il y a une augmentation des prix mais aussi de la production, des salaires, du pouvoir d'achat et une forte croissance. Or, aujourd'hui, nous sommes seulement face à une hausse de certains prix, sans hausse des salaires»

Les indices INSSE, d'inflation par exemple, prennent en compte l'achat d'un véhicule neuf dont le prix a beaucoup baissé. Cela compense les hausses minimes mais pourtant très nombreuses des prix des produits de consommation courante, les hausses importantes des prix des matières premières, notamment ceux de l'alimentaire.

La période que nous vivons n'est pas vraiment une période d'inflation, ce n'est pas le signe d'une reprise de la croissance. L'inflation prévisionnelle de 2011 est de 1.5% comme celle révisée au dernier trimestre 2010. Autant dire que la situation économique et sociale de 2011 sera très ressemblante à celle que nous avons vécu en 2010, sinon pire puisque moins soutenue par les pouvoirs publics.
Il faut donc s'attendre comme cette année à une asphyxie de l'économie avec des nouvelles hausses du chômage.

Aujourd'hui, c'est la consommation des ménages très faible qui porte notre faible taux de croissance. Une dernière corde à notre arc de la reprise économique s'effiloche. Il ne faudrait pas que cela dure.

C'est dans les régions où le tissu économique est le plus en crise, qu'il faudrait relancer la consommation. C'est en augmentant les salaires, l'emploi, au plus près des TPE-PME que l'activité doit reprendre. Mais en ayant utilisé ses "bas de laine", la France n'a plus vraiment de capacité à la reprise.

Alors 2011 ? L'année de la crise à la crise ?

Wikio

Commentaires

  1. Bien vu.

    Limitation des exportations de terres rares, dépassement du pic pétrolier et civilisation du "toujours plus" ne peuvent pas faire bon ménage. Cela fait quelques années déjà que la croissance ne profite qu'à une infime portion de la population. Pour les autres, c'est la décroissance subie et le déclassement depuis près de 20 ans.

    RépondreSupprimer
  2. Du fait de la réduction de son déficit budgétaire et des rachats de dette effectués cette année, l’Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l’Etat, a annoncé mardi qu’elle émettra moins l’an prochain.

    Après 188 milliards d’euros de dettes à moyen et long termes en 2010 (nettes des rachats de dette), l’AFT placera 184 milliards d’euros en 2011, soit 2 milliards de moins qu’initialement annoncé le 29 septembre dernier.

    Ce programme est inférieur à celui de l’Allemagne, qui a annoncé la semaine dernière un montant d’émissions d’environ 195 milliards d’euros.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101221trib000585206/la-france-fera-un-peu-moins-appel-au-marche-en-2011-pour-financer-sa-dette.html

    En 2011, combien de milliards d’euros vont devoir emprunter les 10 Etats européens les plus importants ?

    - L’Italie va devoir emprunter 205 milliards d’euros.
    - L’Allemagne va devoir emprunter 195 milliards d’euros.
    - La France va devoir emprunter 184 milliards d’euros.
    - L’Espagne va devoir emprunter 95 milliards d’euros.
    - Les Pays-Bas vont devoir emprunter 52 milliards d’euros.
    - La Belgique va devoir emprunter 36 milliards d’euros.
    - L’Irlande va devoir emprunter 24 milliards d’euros.
    - Le Portugal va devoir emprunter 17 milliards d’euros.
    - L’Autriche va devoir emprunter 17 milliards d’euros.
    - La Finlande va devoir emprunter 15 milliards d’euros.

    Total : en 2011, ces dix Etats devront emprunter 840 milliards d’euros.

    Et en 2012 ?

    Combien de milliards d’euros vont devoir emprunter les dix Etats européens les plus importants ?

    « En 2012, le cap symbolique des 1.000 milliards d’euros d’émissions souveraines devrait être franchi en hausse pour la première fois depuis la création de la monnaie unique. D’où la préoccupation des responsables européens de voir ressurgir d’autres fortes crises de financement des Etats dans les années qui viennent. »

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201013260201-des-obligations-a-maturite-plus-longue-pour-eviter-les-goulets-d-etranglement.htm

    Nous sommes prévenus.

    En 2011 et en 2012, ce sera la guerre des financements.

    RépondreSupprimer
  3. Notre problème de financement reste entier.

    RépondreSupprimer
  4. Quels évènements vous ont le plus marqués en 2010 ? Merci de venir voter : http://www.jeune-garde87.org/2010/12/30/bye-bye-2010-la-retrospective-en-attendant-2011/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…